Hôpitaux de Paris : 80 millions d'euros de factures disparus suite à une erreur informatique

Par , publié le
France
Les couloirs d'un hôpital (photo d'illustration)

Un rapport confidentiel de la chambre régionale des comptes publié en ce mercredi révèle que suite à une changement de logiciel informatique, les hôpitaux de Paris ont enregistré la disparition de 80 millions d'euros de factures.

Le montant, au même titre que le préjudice causé pour les établissements concernés, apparaît colossal. En 2011, en conséquence d'un changement de logiciel informatique, l'Assistance publique - hôpitaux de Paris (AP-HP) a en effet perdu pour 80 millions d'euros de factures.

Une information révélée par nos confrères du Canard Enchaîné, qui publient ainsi en ce jour un rapport confidentiel de la chambre régionale des comptes. Ces 80 millions d'euros représentent les dettes d'un certain nombre de patients, dont les informations nécessaires aux relances se sont donc volatilisées.

80 millions d'euros bien perdus pour l'AP-HP de Paris

Le rapport indique que ce sont exactement 138,5 millions de factures qui répondent aux abonnés absents, des factures dont une partie se veut "juridiquement éteinte" quand l'autre est présentée comme "réellement disparue". La somme totale de 80 millions d'euros, nous dit-on, "peut être considérée comme une perte réelle et définitive pour l'établissement".

Toujours selon Le Canard Enchaîné, l'AP-HP accuserait d'autres pertes conséquentes observées pour leur part chaque année depuis 2008. L'installation d'un autre logiciel de gestion, Orbis acheté pour 130 millions d'euros, aurait ainsi conduit à ce que les hôpitaux de Paris enregistrent annuellement 45 millions de créances impayées.

L'ex-patronne de l'établissement aussi ciblée

L'ancienne dirigeante de l'AP-HP Mireille Faugère en prend également pour son grade dans le document de la chambre régionale des comptes. Et plus particulièrement ses revenus, le rapport affirmant à ce sujet que dans le but de "maintenir sa rémunération antérieure", l'ex-directrice générale de l'établissement est parvenue à obtenir un salaire annuel de 100.000 euros supérieur à celui de son prédécesseur, qui était de 200.000 euros brut.

Il est ajouté que lors de son départ de l'AP-HP intervenu fin 2013, Mme Faugère a perçu une retraite chapeau de 125.000 euros brut, alors que dans la situation d'un respect des indemnités de licenciement officielles, elle aurait touché une somme bien moindre légèrement supérieure à 25.000 euros.

Crédits photos : VILevi/Shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus