Hongrie : des centaines de migrants marchent vers la capitale

Par , publié le
International
Röszke en Hongrie près de la frontière avec la Serbie. Capture d'écran de Google Maps

Excédés par les conditions d'accueil et les temps d'attente, des centaines de migrants ont investi une autoroute hier lundi avec l'intention de remonter jusqu'à Budapest.

Exaspérés par les conditions d'accueil ainsi que de devoir patienter des heures durant dehors, un groupe d'un millier migrant a forcé un barrage de police. La scène s'est déroulée près de Roszke en Hongrie, ville frontalière avec la Serbie. Entre 150 et 200 d'entre eux ont escaladé une barrière et pénétré sur une autoroute menant à Budapest.

Une marche sur Budapest

Les migrants ont donc investi l'autoroute que la police avait pris soin de fermer aux automobilistes. Des négociateurs de la police les accompagnant ont finalement, après une quinzaine de kilomètres, pu convaincre le groupe de monter à bord de bus et d'être envoyés vers un autre centre d'accueil situé à proximité.

Le premier centre où ils étaient "logés" était complètement débordé par l'afflux de migrants serbes. Le passage de la frontière entre la Serbie et la Hongrie est particulièrement aisé, une ouverture béante le long d'une voie ferrée permet très facilement de passer d'un pays à l'autre. La police ne peut qu'observer sans réaction cet afflux de migrants par ce point de passage.

Un centre d'accueil complètement débordé

Le principal point de passage entre la Serbie et la Hongrie se trouve près de la ville de Roszke. Le centre d'accueil de la ville est totalement débordé. Cela se traduit par des délais d'attente insupportables et des conditions d'accueil inhumaines.

Agacés par ces conditions, des migrants ont déclenché des incidents avec les forces de police. Selon les dernières estimations, environ 167 000 migrants provenant de Serbie sont entrés en Hongrie cette année. En réaction à cet afflux, le parlement hongrois vient de criminaliser l'immigration et une loi entrant en vigueur ce 15 septembre rendra l'immigration illégale passible d'une peine de trois ans de prison.

Partager cet article

Pour en savoir plus