Heetch : un concurrent d'UberPOP qui ne veut pas subir le même sort

Par , publié le | modifié le
Société Heetch
Heetch

En dépit de l'interdiction formulée par la Préfecture de police de Paris, Heetch, concurrent d'UberPOP, refuse de fermer boutique en invoquant un statut "légal" et précisant que ce leur activité n'est pas tout à fait la même qu'UberPOP.

Depuis vendredi et après des jours de tensions et de violences ayant impliqué plusieurs de ses conducteurs, UberPOP n'exerce officiellement plus d'activité en France. Et si l'interdiction prononcée par la Préfecture de police de Paris concerne les services UberPOP, Djump et Heetch, ce dernier refuse cependant de s'y plier.

La raison de cette résistance, formulée par le patron de Heetch Teddy Pellerin : une activité sensiblement différente de celle d'UberPOP. Dans des propos accordés au Parisien / Aujourd'hui en France et rapportés par Le Monde, le dirigeant s'explique : "Heetch n'est pas illégal. Nous n'allons à l'encontre d'aucune loi. Nous ne le fermerons pas. [...] Nous ne faisons pas du tout la même chose qu'UberPOP. Il y a une confusion, un amalgame."

Heetch / UberPOP : pas la même chose selon Teddy Pellerin

En ajoutant que "Heetch ne fonctionne que la nuit ... pour répondre aux besoins des jeunes" et que le service n'entre, selon lui, "pas du tout en concurrence avec les taxis". Le patron de Heetch préfère ainsi se désigner telle "une solution de mobilité nocturne" n'ayant que pour éventuelle concurrence le Noctilien. Teddy Pellerin a au passage reconnu "entre une demi-douzaine et une dizaine de gardes à vue [chez les chauffeurs de Heetch] dans les derniers jours".

Une solution de nuit pas forcément coûteuse

Autre point de différence évoqué par le responsable de Heetch, une tarification laissée au bon vouloir du client : "Quand on commande un de nos conducteurs, le client a le droit de donner ce qu'il souhaite. Il peut très bien ne rien donner. Nous n'imposons pas de tarification." Reste à savoir si toutes ces apparentes bonnes intentions seront suffisantes pour empêcher la suspension de Heetch sur le territoire français.

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article

Pour en savoir plus