Le Havre : 7 mois de prison ferme pour avoir insulté et menacé de mort des policiers

Par , publié le
Actualité
Photo d'illustration. Des véhicules de la police.

Lundi, un jeune automobiliste a écopé d'une peine de prison ferme pour avoir insulté et menacé de mort des agents de la force publique.

Les motifs de cette peine de prison sont nombreux : état d’ivresse, refus de se soumettre au contrôle de dépistage, rébellion, outrage et menaces de mort à l'adresse des policiers. A l'issue de sa comparution immédiate, l'automobiliste de 24 ans est condamné à 7 mois de prison ferme ainsi qu'à l'annulation de son permis de conduire, avec interdiction de se présenter à un nouvel examen avant 6 mois.

Au départ, un accident de la route

Samedi, à 4 heures du matin,des policiers aperçoivent une voiture qui fonce en direction d'un rond-point de al ville du Havre (Seine-Maritime). L'automobiliste percue un panneau et le véhicule s'immobilise alors.

La suite, c'est une source judiciaire qui l'a relayée à Normandie-Actu : "Les policiers ont remarqué que le conducteur, seul à bord, entreprenait de s’installer à la place du passager. Il l’ont interpellé et ramené à l’hôtel de police, où l’homme a refusé de se soumettre à l’éthylomètre. Placé en cellule de garde à vue, l’homme a simulé un malaise : les sapeurs-pompiers sont intervenus. Une fois que l’automobiliste a repris ses esprits, les secours sont repartis. C’est là que le mis en cause a outragé et menacé de mort les policiers, avant de simuler un deuxième malaise, nécessitant le retour des pompiers".

Un jugement en comparution immédiate

L'homme a ensuite continué à se débattre alors qu'il était transporté à l'hôpital. De retour à l'hôtel de police, il refuse d'être entendu pendant les 24 premières heures de la garde à vue, si bien que celle-ci a dû être prolongée. La fin est racontée par la même source : "Le conducteur a finalement reconnu les infractions au code de la route, mais a nié les violences, les menaces et la rébellion envers les forces de l’ordre. Il a été déféré devant un magistrat, à l’issue de sa garde à vue".

Crédits photos : Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock.com

Partager cet article