Haute-Corse : des restaurateurs violentés et séquestrés

Par , publié le | modifié le
Faits Divers La Gendarmerie (photo d'illustration)
La Gendarmerie (photo d'illustration)

Dans la nuit de lundi à mardi, un couple de restaurateurs a été violenté et séquestré en Haute-Corse. Leurs agresseurs, actuellement en fuite, sont repartis avec 10.000 euros.

Peu de temps après s'être couchés, des restaurateurs se sont vu agresser dans la nuit du lundi 31 août au mardi 1er septembre, au sein de leur établissement situé non loin de la station balnéaire de Saint-Florent (Haute-Corse). Réveillé par ce qu'il pensait être de vraisemblables clients, ce couple s'est ainsi rapidement aperçu de sa méprise.

Ces visiteurs étaient en effet des malfaiteurs cagoulés qui n'ont pas tardé à ligoter les restaurateurs dès que ceux-ci leur ont ouvert la porte. Nos confrères d'Europe1 avec AFP nous informent que le propriétaire de l'établissement, sous la menace d'un fusil à pompe, a ensuite été contraint de remettre le contenu de la caisse à ses agresseurs. Ce qui a représenté 10.000 euros en espèces.

Restaurateurs agressés en Haute-Corse : 10.000 euros volés par les malfaiteurs

Les malfaiteurs ont également frappé le patron du restaurant à la tête, et ce à plusieurs reprises. Après le départ des bandits, les restaurateurs sont parvenus à se défaire de leurs liens pour prévenir les autorités du délit dont ils venaient d'être victimes.

Des points de suture pour le propriétaire de l'établissement

Plusieurs points de suture ont dû être posés sur la tête du restaurateur suite aux coups reçus par ce dernier. Une enquête visant notamment à retrouver les agresseurs du couple et à établir précisément les circonstances des faits a été lancée et confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie de Bastia. Cette affaire peut en rappeler une semblable s'étant déroulée fin 2014, dans le Petit-Quevilly (Rouen), où des restaurateurs avaient été abusés par de faux douaniers pour un préjudice alors estimé à 30.000 euros. Ces malfaiteurs ont d'ailleurs été placés en examen un peu plus tôt dans l'année.

Crédits photos : JPC-PROD/Shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus