Harry Potter : quand une intelligence artificielle rédige une curieuse suite

Par , publié le
Culture Daniel Radcliff et Rupert Grint dans "Harry Potter et la Coupe de Feu"
Daniel Radcliff et Rupert Grint dans "Harry Potter et la Coupe de Feu"

Un fan de la saga littéraire de J.K. Rowling "Harry Potter" a sollicité un programme censé pouvoir donner naissance à une suite non officielle des livres. Sa tentative s'est toutefois soldée par un résultat loin d'apparaître concluant.

Si l'on sait, depuis la fin d'année dernière, que la huitième histoire d'Harry Potter, Harry Potter and the Cursed Child ("Harry Potter et l'Enfant Maudit"), sera racontée cet été au théâtre, un admirateur de la saga créée par J.K. Rowling a tenté de donner naissance à une suite des livres sur papier électronique.

Pour ce faire, Max Deutsch a eu recours à un programme nommé "Long Short Term Memory". Il s'agit plus précisément d'un réseau de neurones artificiels à qui le jeune homme a donné à "lire" les quatre premiers ouvrages d'Harry Potter. Et c'est lorsque ce réseau s'est vu confier la plume électronique que les choses se sont gâtées.

Drago Malefoy et Harry Potter réunis par une intelligence artificielle

Le résultat, accessible à cette adresse, a ainsi de quoi laisser perplexe, puisque assez tôt dans le chapitre, on nous raconte qu'"une fois encore, Harry récolta des doigts avec Malefoy". Sauf que Drago Malefoy est apparu dans L'école des sorciers comme le premier rival du sorcier à lunettes.

Et les relations entre ces deux personnages de ne s'être pas renversées en l'espace de quatre aventures, Drago Malefoy s'en étant ainsi pris à Harry Potter dans le quatrième ouvrage de la saga, Harry Potter et la Coupe de feu. Voilà pourquoi l'apparente amitié dépeinte dans le chapitre de l'intelligence artificielle (IA) se veut assez peu crédible.

Quatre livres assimilés jusqu'à présent

Enfin, comme on pouvait s'y attendre avec un texte rédigé par un programme informatique, la syntaxe se voit malmenée plus d'une fois. À noter cependant que les retours laissés sur la page du texte sont malgré tout majoritairement positifs, probablement car l'initiative est peu commune. Max Deutsh y explique d'ailleurs pourquoi l'IA n'a assimilé que quatre livres :

"En ce qui concerne l'ajout d'autres livres, cela rendrait l'algorithme plus lent dans son exécution, c'est pourquoi j'y renonce pour l'instant."

Crédits photos : © DR

Partager cet article

Pour en savoir plus