Happy Birthday to You : la chanson passe dans le domaine public

Par , publié le
Musique Une fête d'anniversaire (photo d'illustration)
Une fête d'anniversaire (photo d'illustration)

Un juge californien a décidé de faire tomber la célèbre chanson Happy Birthday To You dans le domaine public.

C'est la chanson la plus célèbre du monde : elle est entonnée chaque jour aux quatre coins de la planète. Mais on le savait moins : c'est la société Warner-Chappell qui possédait les droits de Happy Birthday to You.

Mais un juge californien a décidé que la célèbre chanson appartient désormais au domaine public aux Etats-Unis.

Happy Birthday to You rapportait 1,7 millions de dollars par an

Happy Birthday to You avait été composée par deux soeurs anglaises Mildred et Patty Hill en 1893. Le morceau s'intitulait Good Morning To All. En 1935, un éditeur a publié un arrangement du morceau avec les paroles qu'on connaît désormais. Depuis 1988, Warner avait racheté les droits de l'éditeur. Depuis, la société s'arrangeait pour récupérer les royalties à chaque utilisation de la chanson : dans un film par exemple ou encore les lieux publics qui diffusent le morceau (comme des restaurants par exemple) et réclamait jusqu'à 10.000 dollars à chaque fois.

Happy Birthday To You a permis à Warner de récolter plus de 1,7 millions de dollars par an. La société en possédait les droits jusqu'à 2030.

Happy Birthday dans le domaine public

Un collectif de professionnels américains du cinéma s'est réuni pour intenter une action en justice pour que la chanson tombe dans le domaine public. Le juge a donc décidé de leur donner raison. Il estime en effet que, dans la mesure où seuls les droits pour la mélodie ont été déposés, et non ceux pour les paroles, la chanson tombait dans le domaine public.

"Happy Birthday to You est enfin libre après 80 ans. (...) Enfin, la mascarade est terminée. C'est incroyable", s'est enthousiasmé un des avocats des plaignants.

En France, il n'y a pas de détenteur de droits pour la chanson Joyeux anniversaire. La personne ayant effectué la traduction dans les années 50 est restée anonyme. Les droits se poursuivent 70 ans après sa mort.

Crédits photos : Shutterstock

Partager cet article