Haïti: l'ONU appelle à l'aide internationale face au choléra qui sévit

Par , publié le
International Capture d'écran d'une vidéo de l'ONU
Capture d'écran d'une vidéo de l'ONU

L'Organisation des Nations Unies est profondément inquiète de la situation en Haïti au point de faire appel à une aide internationale d'urgence. Le retour du choléra, la sécheresse et la migration sont les principales causes de la crise humanitaire.

Plus de cinq ans après le terrible tremblement de terre qui avait mis Haïti à genoux, l'ONU s'inquiète de nouveau de la nouvelle crise humanitaire qui secoue le pays et notamment le nombre alarmant de cas de choléra.

Una augmentation de 300% des cas de choléra

Haïti reste le pays le plus pauvre de tout le continent américain. Les plaies béantes laissées par le tremblement de terre de 2010 ne sont toujours pas cicatrisées et beaucoup de personnes n'ont toujours pas d'accès à une eau potable. Le pays est désormais en proie à une sécheresse inhabituelle qui ne fait qu'aggraver la situation des plus démunis, notamment face à l'accès à l'eau, ce qui conduit à une augmentation importante des cas de choléra. 3 millions d'haïtiens boivent toujours une eau impropre.

20 000 personnes ont été ainsi victimes de la maladie depuis le début de l'année et celle-ci a été fatale pour 170 d'entre eux. Le choléra avait fait son apparition peu de temps après le tremblement de terre et les destructions que celui-ci avait occasionné. Désormais Haïti comptabilise plus de cas de choléra que sur le reste de la planète.

Une situation aggravée par le retour des rapatriés

La République Dominicaine voisine a modifié sa politique d'immigration ce qui s'est traduit par un retour massif d'haïtiens. On estime qu'environ 60 000 haïtiens seraient ainsi rentrés, renforçant la pression démographique déjà complexe dans le pays. L'approvisionnement en eau et en nourriture étant défaillant, une telle pression ne peut qu'accentuer les problèmes, surtout que la gourde (la monnaie haïtienne) a été dévaluée rendant l'accès aux produits de base et aux médicaments plus onéreux.

Le calvaire d'Haïti ne semble donc pas fini et l'ONU estime qu'"il faudrait avoir environ 25 millions de dollars dans les prochains quatre à six mois". Mais depuis quelques années, l'aide financière envers Haïti ne cesse de s'amenuiser d'autant plus que la gestion des fonds a été désastreuse et que de nombreux scandales ont éclaté.

Partager cet article

Pour en savoir plus