Guantanamo : le dernier détenu britannique a été libéré

Par , publié le
International Illustration. Un prisonnier enchaîné.
Illustration. Un prisonnier enchaîné.

Après avoir été détenu plus de 13 ans à Guantanamo, un prisonnier britannique désormais âgé de 46 ans a finalement été libéré. Il était attendu qu'il retrouve sa terre natale vendredi.

Shaker A. était le dernier résident britannique détenu à Guantanamo (Cuba). Après avoir vécu plus de treize années sans inculpation au sein du camp, il a finalement été libéré il y a peu, et son retour au Royaume-Uni était attendu pour vendredi.

Dans des propos repris par Le Parisien, le ministre britannique des Affaires étrangères Phillip Hammond s'était fait l'écho de la nouvelle : "Les Américains ont annoncé il y a quelques semaines qu'ils allaient libérer Shaker [A.] de Guantanamo et je peux confirmer qu'il est actuellement en route pour le Royaume-Uni et qu'il va arriver plus tard dans la journée".

Dernier détenu britannique de Guantanamo : libération de Shaker A., 46 ans

Shaker A., désormais âgé de 46 ans, est né en Arabie saoudite mais vivait au Royaume-Uni depuis 1996. Il était détenu à Guantanamo depuis février 2002. D'après l'organisation britannique Reprieve, il avait été capturé en Afghanistan en 2001 alors qu'il effectuait un travail humanitaire. L'homme était ainsi suspecté d'avoir été un recruteur et un financier d'Al-Qaïda vivant au Royaume-Uni. Plusieurs de ses défenseurs estiment d'ailleurs que si sa détention s'est voulue aussi longue, c'est notamment parce que Shaker aurait assisté à plusieurs séances de tortures sur des détenus.

Une visite médicale avant le retour auprès de ses proches

Cori Crider, qui se trouve être l'une des avocates de Shaker A. et aussi la directrice stratégique de Reprieve, a communiqué sur la joie de voir son client retrouver ses proches : "Nous sommes évidemment ravis que Shaker soit en route vers son foyer et sa famille ici au Royaume-Uni. Shaker doit maintenant voir un médecin et pouvoir le plus rapidement possible passer du temps en compagnie de sa famille". Andy Worthington, qui co-dirige le groupe de soutien "We Stand With Shaker", a quant à lui appelé de ses vœux que Shaker ne fasse pas l'objet d'une nouvelle détention à son retour en terre britannique : "Nous sommes ravis d'apprendre que sa longue et inacceptable épreuve est terminée. Nous espérons qu'il ne sera pas détenu par les autorités britanniques à son retour et qu'il obtiendra le soutien médical et psychologique dont il a besoin pour pouvoir reprendre sa vie avec sa famille à Londres."

Crédits photos : View Apart - Shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus