Guaino : l'Allemagne, pas la meilleure "pour donner des leçons d'Europe"

Par , publié le | modifié le
Politique
Henri Guaino

Le député Les Républicains Henri Guaino a réagi sur le vote britannique allant décider du sort du Royaume-Uni dans l'Union européenne. Et d'égratigner au passage une Allemagne présentée en donneuse de leçons.

Dans quelques mois, les Britanniques vont être appelés à se prononcer, dans le cadre d'un référendum, sur leur désir de voir oui ou non le Royaume-Uni maintenu au sein de l'Union européenne (UE). Vendredi, le Premier ministre David Cameron a d'ailleurs signifié qu'il se positionnerait en faveur du "oui".

Comment a-t-on réagi en France suite aux négociations et aux accords obtenus par M. Cameron auprès des États membres de l'UE ? Invité lundi de RTL, le député Les Républicains (LR) des Yvelines Henri Guaino a évoqué un Vieux Continent appelé à ne plus fonctionner de la façon observée jusqu'ici : "L'Europe va marcher autrement. [...] L'Europe, c'est pas un État, sauf pour les fous qui rêvent d'un fédéralisme européen, d'où les États auraient disparu, d'où les nations auraient disparu, d'où les peuples seraient expulsés."

Référendum britannique : "L'Europe va marcher autrement" pour Guaino

Et de poursuivre : "le problème de l'Europe aujourd'hui, c'est pas celui de M. Cameron, le problème de l'Europe, c'est celui des peuples. Le problème de l'Europe, c'est que les chefs d'État et de gouvernement doivent convaincre, non pas les autres gouvernements, mais les peuples, les peuples". Et d'appuyer un peu plus sa vision d'une Europe qui a fait son temps : "C'est la fin de l'Europe telle que nous essayons de la construire depuis le milieu des années 80."

Bruxelles : "La France ne devrait plus siéger"

Quant au sujet de la crise agricole secouant actuellement l'Hexagone, Henri Guaino semble plaider pour une prise de décision assez radicale : "La France ne devrait plus siéger [NDLR : à Bruxelles] tant qu'on n'a pas sérieusement posé le problème agricole européen sur la table parce qu'on ne s'en sortira pas autrement. Ça suffira peut-être pas, mais c'est une condition absolument nécessaire. Il en va de même pour l'industrie". Avant d'indiquer ne pas tant prêter plus attention que cela à l'avis de l'Allemagne sur la question européenne : "Les Allemands sont les plus mal placés pour donner des leçons d'Europe, les plus mal. Ils ont fait une politique économique pendant des décennies sur le dos des autres, sans jamais être coopératifs".

Crédits photos : Frédéric Legrand - COMEO / Shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus