Grippe aviaire : un foie gras plus cher de 20% en fin d'année ?

Par , publié le | modifié le
France Du foie gras.
Du foie gras.

En raison de la crise de la grippe aviaire sévissant depuis l'automne dernier, on s'attend à un foie gras plus rare en fin d'année et également plus cher.

Les répercussions de la crise de la grippe aviaire devraient se faire significativement sentir en cette fin d'année. L'élevage de canards n'est ainsi plus ce qu'il était il y a encore plus ou moins un an. On s'attend donc à une production en baisse de 25% en 2016 par rapport aux chiffres de 2015.

Une baisse appelée à se réduire en 2017 tout en restant à un niveau notable de 15%. Dans des propos rapportés par nos confrères de Sud Ouest, le président du Comité Interprofessionnel des Palmipèdes à Foie Gras (CIFOG) Christophe Barrailh a expliqué mardi que des "hausses structurelles des coûts de production" vont être observées, en plus d'une "réduction des capacités des élevages estimée entre -10 et -15%". Les conséquences annoncées d'une offre affaiblie et d'une biosécurité coûteuse à mettre en place.

Foie gras : la grippe aviaire réduira la production en 2016

Et Jean-Jacques Caspari, appartenant lui aussi au comité, de pressentir de même un foie gras plus cher : "Avec une baisse de la production à deux chiffres, on peut s'attendre à une hausse des prix du foie gras à deux chiffres, entre 10 et 20%".

Pour enrayer l'épidémie de grippe aviaire débutée à l'automne dernier, le gouvernement avait décidé d'un vide sanitaire d'une durée de cinq semaines dans les élevages de 18 départements. Ce vide sanitaire aura démarré le 18 avril 2016, et environ un mois plus tard et consécutivement à une totale désinfection, reprenait l'élevage de canetons d'un jour.

Les abattages reprendront le 16 août

Les entreprises d'abattage et de transformation devront pour leur part patienter jusqu'au 16 août avant de tourner de nouveau. Pour le CIFOG, le préjudice financier de cette crise est on ne peut plus conséquent pour les éleveurs : 270 millions d'euros incluant 130 millions pour l'amont, auxquels il convient d'ajouter 220 millions alloués à la construction de nouveaux bâtiments, pour un total avoisinant de ce fait les 500 millions d'euros.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus