Grippe aviaire : Un cas confirmé chez des canards sauvages dans le Pas-de-Calais

Par , publié le
Santé
Grippe aviaire

Un premier cas d'influenza aviaire hautement pathogène H5N8 a été confirmé le 26 novembre sur la commune de Marck dans le Pas-de-Calais.

Alors que le risque de grippe aviaire est jugé comme particulièrement élevé sur le territoire Français et que les cas se multiplient dans les élevages du Sud-Ouest, un premier cas de grippe aviaire hautement pathogène H5N8 a été confirmé samedi en France à Marck dans le Pas-de-Calais.

Un canard sauvage infecté

C’est le ministère de l’Agriculture qui a confirmé l’information via un communiqué publié ce lundi 28 novembre. Ce cas de H5N8 a été détecté sur un groupe de 20 canards sauvages utilisés comme appelants pour la chasse au gibier d’eau. Ces volatiles sont utilisés par les chasseurs pour attirer des oiseaux de la même espèce sur les plans d’eau et n’étaient pas destinés à un élevage d’oiseaux domestiques à vocation commerciale.

La Direction départementale de la protection des populations a procédé à l’abattage de l’ensemble des canards appelants ainsi qu’un autre groupe qui avait été en contact avec ce dernier. La surveillance a été renforcée dans les zones alentours « dans ces secteurs, des visites systématiques de vétérinaires vérifient l’application stricte des mesures de confinement et de biosécurité des élevages. » précise le communiqué du ministère.

Pas de répercussion sur la filière foie gras

La zone où le canard malade a été retrouvé avait vu son niveau de risque réévalué et considéré comme « élevé » par un arrêté ministériel du 16 novembre dernier.

Le ministère précise que comme il s’agit d’animaux sauvages non destinés à la consommation, cela ne remet pas en question la possibilité pour la France de retrouver son statut indemne vis-à-vis de l’influenza aviaire le 3 décembre prochain. En d’autres termes, cela signifie que les exportations de foie gras pourront reprendre à cette date si aucun nouveau cas de grippe aviaire n’est repéré dans les élevages d’ici là.

Crédits photos : Gloszilla Studio

Partager cet article