Grenoble : un paraplégique aurait été rançonné par le responsable de son handicap

Par , publié le
Faits Divers Illustration. Un véhicule de la police.
Illustration. Un véhicule de la police.

En fin de semaine dernière à Grenoble, un jeune paraplégique a été séquestré et rançonné. L'auteur de cet acte ne serait autre que l'homme lui ayant provoqué son handicap.

Vendredi soir dans la région de Grenoble, un jeune homme paraplégique de 26 ans a été séquestré et rançonné. L'un de ses agresseurs ne serait autre que l'homme à l'origine de son accident de voiture survenu il y a huit ans, un drame lui ayant fait perdre l'usage de ses membres inférieurs.

C'est la victime elle-même qui, après avoir été secourue samedi soir par les policiers, a raconté à ces derniers avoir eu à faire avec cet automobiliste. Lequel se trouvait avec le jeune homme en 2008 dans une voiture avant de tirer le frein à main alors que le véhicule était lancé à pleine vitesse. Une manœuvre qui aura conduit la voiture à s'encastrer dans un mur et à profondément impacter la vie d'au moins l'un de ses occupants.

Un paraplégique rançonné pour une partie de ses indemnités ?

La possible raison de cette séquestration, telle que rapportée par BFMTV.COM : une volonté du responsable de l'accident de se voir reverser une partie des indemnités perçues par la victime, d'un montant total d'environ 600.000 euros. Le jeune paraplégique se serait ainsi vu réclamer 50.000 euros, et d'avoir essuyé plusieurs coups physiques.

Deux suspects recherchés

L'auteur présumé de son accident et un complice lui ont volé sa carte bleue grâce à laquelle les deux individus ont effectué deux retraits à un distributeur automatique. Ils ont ensuite pris la fuite à bord d'une voiture retrouvée incendiée lundi matin dans la banlieue grenobloise.

Si ces deux suspects sont actuellement recherchés, les autorités ont déjà placé en garde en vue deux personnes dans le cadre de cette affaire. Il s'agit de deux femmes partageant le point commun de s'être livrées à de nombreux échanges téléphoniques avec le responsable supposé des faits. L'une est soupçonnée d'avoir servi d'"appât", et l'autre d'avoir prêté l'appartement dans lequel le jeune homme aurait été séquestré le week-end dernier.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus