Greenpeace dévoile son top 10 des marques de thon éthiques

Par , publié le
Économie
Photo d'illustration. Du thon en boîte.

Votre marque de thon en boîte jouit-elle d'une bonne éthique ? Greenpeace a fait son choix entre bons et mauvais élèves en matière de pêche durable.

L'étiquette fait-elle l'éthique ? En matière de thon en boîte, et selon Greenpeace, oui. L'ONG environnementale a publié un classement de 10 marques françaises de ce produit, établi en fonction de critères garantissant (ou non) des méthodes de pêche durables. Ici, les qualités gustatives ne sont naturellement et aucunement pas la question.

Thon en boîte : les critères de classement

Quatre critères ont été pris en compte par Greenpeace : la technique de pêche, l'espèce, la qualité de la technique d'approvisionnement et la prise en compte des progrès depuis l'année dernière. Le communiqué de l'ONG précise : "La pêche durable permet de répondre à nos besoins aujourd'hui, de préserver les ressources des océans et de donner un avenir aux pêcheurs pour demain. Nous menons donc campagne depuis un an en France auprès des plus grandes marques de thon en boîte afin de transformer le marché du thon et rendre cette pêche durable".

Elle ajoute que "l'état alarmant de la biodiversité marine" (et en cela, "le thon est un symbole de la surpêche") implique que "Les consommateurs ont un rôle crucial à jouer".

Casino et Leclerc pointés du doigt

Voici ce classement, de la meilleure à la moins bonne place :

  • Système U
  • Phare d'Eckmühl
  • Connétable
  • Carrefour
  • Saupiquet
  • Intermarché
  • Petit Navire
  • Auchan
  • Casino
  • E. Leclerc

Les deux premiers confirment ainsi leur place de leader en terme de durabilité. Système U, par exemple, "a inscrit dans sa politique d’approvisionnement que l’enseigne ne vendrait plus de thon tropical pêché sur DCP d’ici fin 2016 pour les produits de sa marque distributeur".
En revanche, Saupiquet, Auchan et Intermarché "n'ont pas opéré de changements significatifs dans leur chaîne d’approvisionnement depuis l’année dernière". Et les remarques les plus désavantageuses vont à Casino et E. LEclerc. Pour la première, Greenpeace pointe qu'elle "propose le thon le moins durable aujourd'hui"; la seconde a "refusé de répondre au questionnaire", marquant selon l'ONG "un manque total de transparence".

Crédits photos : Shutterstock.Com

Partager cet article

Pour en savoir plus