Grèce : un "Peace and Love" formé avec les gilets de sauvetage de migrants

Par , publié le | modifié le
International
Un groupe de migrants quitte la ville serbe de Kanjiza à la frontière avec la Hongrie, le 2 août 2015

Samedi, un gigantesque "Peace and Love" a été formé sur l'île de Lesbos, en Grèce, à l'aide d'une centaine de gilets de sauvetage portés par des migrants l'an passé.

Cette initiative s'est matérialisée par l'action conjointe de Médecins sans frontières, Greenpeace et d'autres organisations comme Sea Watch, la Boat Refugee Foundation ou encore le groupe local Starfish. Samedi, un "Peace and Love" géant a ainsi été dessiné sur l'île de Lesbos, en Grèce, via une centaine de volontaires vêtus de gilets de sauvetage oranges.

Des gilets de sauvetage qui ont une histoire car ils ont en effet été portée l'année dernière par des migrants ayant traversé le mer Égée pour atteindre Lesbos. Ces équipements ont été récupérés vendredi dernier aux environs du village de Molyvos, sur une montagne où étaient rassemblés les gilets portés par près de 500.000 migrants ayant bravé la mer dans l'espoir d'une terre plus accueillante.

Migrants : un "Peace and Love" formé par les gilets de sauvetage de morts et de survivants

Nos confrères du Figaro précisent par ailleurs que, parmi les gilets portés samedi, s'en trouvaient certains appartenant à des migrants décédés durant leur traversée. Le vendredi 1er janvier, l'artiste plasticien dissident chinois Ai Weiwei aura annoncé son intention d'ériger un mémorial pour les migrants sur cette même île de Lesbos : "Beaucoup de gens ont perdu la vie en mer [...] nous avons besoin d'un mémorial. J'ai déjà installé un studio à Lesbos. Nous allons monter différents projets cette année."

Plus d'un million de migrants arrivés en Europe en 2015

En 2015, plus d'un million de migrants sont arrivés en Europe, la plupart d'entre eux ayant ainsi tenté d'échapper à la guerre sévissant dans leur pays, qu'il s'agisse de la Syrie, de l'Afghanistan, de l'Irak ou de l'Érythrée. Après avoir été particulièrement fort à l'été dernier, leur afflux a diminué à l'automne, même si, nous indique Greenpeace, plus de 100.000 personnes ont tenté de rejoindre les îles grecques en décembre "en bravant la mer et les tempêtes en plein hiver dans des bateaux de fortune surchargés".

Crédits photos : © AFP CSABA SEGESVARI

Partager cet article

Pour en savoir plus