Le PDG de Google réagit à la polémique sur les impôts

Par , publié le | modifié le
Économie Sundar Pichai, vice président de Google, le 2 mars 2015 lors d'une conférence à Barcelone
Sundar Pichai, vice président de Google, le 2 mars 2015 lors d'une conférence à Barcelone

Sundar Pichai, PDG de Google, a tenu à mettre les choses au clair concernant la polémique sur la fiscalité de la firme de Mountain View.

Nous vous parlions il y a quelques jours des manipulations mises en place par Google pour réduire les impôts payés par le géant américain sur le sol français. Grâce à sa filiale irlandaise, le géant américain peut en effet fortement réduire la facture.

Une polémique qui dure déjà depuis plusieurs mois et qui commence à ternir sérieusement l’image de la firme de Mountain View. C’est pourquoi son PDG a tenu à monter au créneau et à rappeler que oui, sa firme paie bien ses impôts !

Sundar Pichai réagit à la polémique

Sundar Pichai, PDG de Google depuis le 10 août 2015, ne veut plus entendre que sa société ne paie pas assez d’impôts. Dans un entretien accordé au journal allemand Die Welt, ce dernier défend sa société.

« Globalement, nous payons nos impôts de manière analogue à la moyenne du taux d’imposition dans l’OCDE. Dans le cadre du droit fiscal existant, la plupart des entreprises paient la plus grande partie de leurs impôts dans leur pays d’origine » a précisé le CEO de Mountain View. Comme pour se donner bonne conscience, Sundar Pichai a également tenu à rappeler que Google « investit déjà de façon très importante en Europe » en employant notamment « plus de 14 000 » personnes sur le continent ce qui « Conduit à des recettes fiscales supplémentaires dans ces pays ».

Google prêt à se plier à la réglementation

Sundar Pichai rejette la responsabilité sur les autorités en déclarant qu’un « développement du système fiscal global par les politiques peut conduire à de meilleurs résultats. » en ajoutant que Google est prêt à se plier à d’éventuelles nouvelles lois.

Rappelons que Google est dans le viseur de la Commission européenne depuis de nombreux mois déjà. Les locaux parisiens et espagnols de la firme ont été perquisitionnés dans le cadre d’enquêtes liées aux pratiques fiscales du géant américain.

Crédits photos : © AFP Lluis Gene

Partager cet article

Pour en savoir plus