Google paye toujours très peu d'impôts en France

Par , publié le
Économie Google est dans le collimateur de Bercy depuis plusieurs années
Google est dans le collimateur de Bercy depuis plusieurs années

Google a payé 6,7 millions d'euros en 2015 en France. Une somme qui reste bien faible au vu de ses bénéfices sur notre territoire.

On le sait, de nombreuses sociétés du secteur high-tech sont championnes en matière d’optimisation fiscale. La Commission européenne s’est saisie du dossier depuis quelques années et ses efforts commencent à porter leurs fruits.

Google est depuis longtemps dans le viseur des autorités, notamment en France où le géant américain parvient à payer peu d’impôt par rapport aux bénéfices qu’il engrange. Sur l’exercice 2015, il semble y avoir du mieux, car Google a payé 30 % d’impôts de plus que sur 2014, un chiffre qui reste cependant en trompe l’œil.

Moins de 7 millions d’euros d’impôts sur les sociétés

Selon les chiffres dévoilés par le journal Le Figaro, Google a versé 6,7 millions de dollars au titre de l’impôt sur les sociétés en 2015 en France. Ce qui représente 30 % de plus que sur l’année 2014. Cependant, pas de quoi se gargariser pour le fisc français, car la somme revient au niveau de ce que la firme de Mountain View avait payé en 2012 et 2013.

S’il y a du mieux, la somme reste cependant bien faible à la vue des bénéfices réalisés par le géant américain en France.

L’Irlande comme échappatoire à l’impôt

Pour réduire la note, Google utilise un modèle fiscal désormais bien connu des autorités. La filiale française de la firme indique exercer une simple activité de conseil, de marketing et d’ingénierie, pour la maison mère. Cette filiale est rémunérée par Google Irlande, qui encaisse directement les revenus publicitaires auprès des annonceurs français. Ainsi, Google France déclare un chiffre d’affaires correspondant simplement aux charges de cette filiale.

Google France est actuellement en cours redressement fiscal et sous le coup d’une enquête des autorités financières sur ses pratiques fiscales au cours des dix dernières années. Le fisc français lui réclamerait 1,6 milliard d’euros. Les bureaux français ont récemment fait l’objet d’une spectaculaire perquisition.

Crédits photos : © AFP MATTHIEU ALEXANDRE

Partager cet article

Pour en savoir plus