Gironde : Des tags anti-musulmans découverts sur la mosquée de Mérignac

Par , publié le
Faits Divers Photo d'illustration. Une mosquée.
Photo d'illustration. Une mosquée.

Dans la nuit de samedi à dimanche, un individu s’est introduit dans l’enceinte de la mosquée de Mérignac pour y taguer des messages anti-musulmans. Cette même mosquée avait été visée par un cocktail Molotov l’an dernier.

Le réveil a été plutôt amer ce dimanche matin pour les habitués de la mosquée de Mérignac, dans l’agglomération de Bordeaux. L’édifice a en effet été tagué de slogans anti-musulmans et nationaliste. L’opération était apparemment bien préparée, car tout s’est passé très vite selon les informations de France 3 Aquitaine.

Un individu escalade le mur d’enceinte

Le délit a été filmé par l’une des caméras de surveillance de la mosquée. Peu après minuit, une voiture avec plusieurs individus à son bord se gare aux abords du bâtiment. Un individu vêtu d’un jogging blanc, portant une casquette noire, des lunettes de vue et le visage dissimulé en sort alors et escalade le mur d’enceinte de la mosquée.

Équipé d’une bombe de peinture, il écrit alors plusieurs messages sur le mur du bâtiment « Vive la France » et « Salafistes dehors, fini les attentats sinon ». L’individu rejoint alors le véhicule qui repart aussitôt.

Un cocktail Molotov

Les messages haineux ont été constatés dans la matinée de dimanche par des fidèles. Le président de l’association des musulmans de Mérignac, Hassan Belmajdoub, a indiqué avoir averti la municipalité et les autorités. Une plainte devrait être déposée aujourd’hui. La Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), chargée de l’enquête, a précisé que la Police scientifique s’était rendue sur place.

Ce n’est pas la première fois que la mosquée de Mérignac est visée par des actes anti-musulmans. En août 2015, elle avait essuyé un jet de cocktail Molotov qui avait provoqué un début d’incendie que les fidèles avaient dû maîtriser.

Crédits photos : Pixabay.com / Domaine public

Partager cet article

Pour en savoir plus