Gironde : Un centre prévu pour l'accueil de migrants incendié

Par , publié le
Faits Divers Un véhicule de la gendarmerie (photo d'illustration)
Un véhicule de la gendarmerie (photo d'illustration)

Le centre de vacances d'Arès (Gironde), susceptible d'accueillir des migrants en cas de besoin, a été la cible de deux incendies volontaires.

Les deux départs de feu sont probablement d’origine criminelle. Le centre de vacances du CCAS d’EDF, situé dans la commune d’Arès, fait partie des lieux retenus comme site d’accueil de migrants évacués de la jungle de Calais. Une décision qui ne fait pas l’unanimité auprès de la population locale.

Dans la nuit du jeudi 13 au vendredi 14 octobre, le centre a été la cible d'incendies volontaires qui se sont éteints sans l’intervention des pompiers.

Des traces d’hydrocarbure

Ce sont nos confrères de Sud-Ouest qui ont révélé l’information. Le premier feu aurait été allumé sur le portail extérieur de l’établissement alors que le deuxième a eu lieu au niveau de la porte d’entrée principale du bâtiment. Le portail a été endommagé par les flammes tout comme la porte d’entrée, mais fort heureusement, les flammes ne se sont pas propagées au reste de l’édifice.

Selon les enquêteurs, le caractère volontaire de ces deux départs de feu ne fait aucun doute, des traces d’hydrocarbures ayant été retrouvées par les gendarmes qui ont effectué les premiers relevés.

Levée de boucliers chez la population

La situation autour de l’accueil des migrants est particulièrement tendue dans la commune d’Ares. Deux camps s’opposent, celui des personnes contre le projet (soutenu par le conseil municipal) et celui des personnes qui sont favorables à l’accueil des migrants par solidarité.

Dans un communiqué, le maire d’Arès a « condamné sans réserve » cette tentative de mettre le feu au potentiel centre d’accueil et se dit « désolé de ce qui arrive d’une manière générale ».

Les actes de violence contre les centres d'accueil pour migrants se multipliant ces derniers jours. Des coups de feu ont notamment été tirés sur la façade du futur centre de Saint-Brévin, en Loire-Atlantique.

Crédits photos : hadescom/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus