Gard : 46 personnes contaminées aux métaux lourds

Par , publié le
Santé Arsenic
Arsenic

L'Agence régionale de santé révèle en ce jeudi que des taux anormalement élevés de plusieurs métaux lourds ont été détectés chez 46 riverains du Gard.

En décembre dernier, un dispositif de surveillance sanitaire avait été mis en place dans cinq communes au sein desquelles étaient autrefois exercées des activités minières : Saint-Sébastien-d'Aigrefeuille, Générargues, Saint-Félix-de-Paillères, Thoiras et Tornac.

Sur un total de 2.849 habitants, 675 auront pris l'initiative de se faire dépister. Et jeudi, l'Agence régionale de santé (ARS) révèle que des taux anormalement élevés d'arsenic, cadmium et plomb ont été décelés chez 46 riverains du Gard, incluant des enfants.

Contamination aux métaux lourds : 46 habitants du Gard concernés mais "pas de conclusion globale" à tirer

Monique Cavalier, directrice générale de l'ARS Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, a toutefois tenu à préciser qu'aucune "conclusion globale" ne peut être dressée pour l'heure quant à un lien supposé entre ces contamination en métaux lourds et la pollution des sols causée par une longue activité minière. Pendant sa conférence de presse tenue à la préfecture de Nîmes, M. Cavalier a également indiqué que les 46 personnes contaminés vont avoir droit à un suivi médical personnalisé "en relation avec leur médecin traitant et les médecins spécialistes, toxicologues, neurologues, néphrologues du CHU de Nîmes". Et le le préfet du Gard Didier Lauga de déclarer pour sa part que, "sur demande des habitants et d'un certain nombre d'élus, une nouvelle campagne de dépistage va être mise en place à compter du 15 février". Nos confrères d'Actu Santé rapportent par ailleurs que le nombre d'enfants concernés n'a pas été communiqué.

Une campagne de dépistage prévue à partir du 15 février

Selon le docteur Béatrice Senemaud, inspectrice de santé publique auprès de l'ARS, "pour pouvoir tirer une conclusion globale, il faut une exploitation plus profonde et notamment les résultats des questionnaires sur les habitudes de vie et de consommation alimentaire des 675 personnes dépistées. Pour le moment, nous ne disposons que des premiers résultats biologiques, prises de sang et analyses d'urine, ayant permis d'identifier 46 personnes nécessitant un suivi et une surveillance médicale particulière". Signalons pour finir que les conséquences d'une contamination à l'arsenic, au cadmium et au plomb peuvent s'avérer particulièrement lourdes : maladies neurologiques graves, maladies rénales et cancers.

Crédits photos : magnetix / Shutterstock.com

Partager cet article