Fukushima : Tepco aurait repéré du combustible nucléaire fondu

Par , publié le
International
Photographie de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi prise le 11 mars 2016, cinq ans après le tremblement de terre et le tsunami qui avaient tué quelque 18.500 personnes au Japon

Des images prises à l'intérieur d'un réacteur de la centrale pourraient révéler la présence de matériau nucléaire fondu.

Tokyo Electric Power (Tepco), qui gère entre autres le parc nucléaire japonais, dispose d'images prises à l'intérieur du réacteur numéro 2 de la centrale de Fukushima.

Elles montrent ce qui pourrait potentiellement être du combustible fondu. Une étape importante en vue de la décontamination des lieux.

Des investigations plus poussées courant février

Takafumi Anegawa, chargé de l'amélioration de la gestion de l'activité nucléaire de TEPCO, a expliqué : "Il est encore trop tôt pour savoir précisément de quoi il s'agit, mais des investigations plus avancées auront lieu prochainement en utilisant des technologies d'analyse plus poussées". Il est plus précisément prévu qu'un robot parte à la recherche de ces éléments dans les prochains jours.

La multinationale développe des engins capables de nager sous l’eau, de passer des obstacles pour rechercher les barres qui ont fondu. Mais alors qu'ils approchent des réacteurs, leurs fils électriques sont ravagés par les radiations nuclires, et ils deviennent inefficaces.

Mieux comprendre pour mieux démanteler

Dale Klein, ancien président de l'autorité nucléaire américaine et qui conseille actuellement Tepco, explique pourquoi la recherche des matériaux est primordiale : "Il est essentiel de comprendre ce qui se passe dans les réacteurs 1,2 et 3 pour savoir comment procéder techniquement pour le démantèlement et la décontamination et je pense donc qu'il est très important de disposer de ces photos".

A ce jour, Tepco n'a pas été capble de déterminer où se trouvent les barres qui ont fondu dans les trois autres réacteurs endommagés de la centrale.

Crédits photos : © JIJI PRESS/AFP/Archives JIJI PRESS

Partager cet article

Pour en savoir plus