Fuites urinaires : des conseils pour réduire les risques

Par , publié le
Santé
Femme ayant des difficultés à l'entrejambe

Près d'une femme sur deux, parmi celles concernées par une grossesse, souffre de problèmes d'incontinence. Voici quelques conseils aidant à réduire le plus possible le risque de fuites urinaires.

Si la grossesse est une épreuve en soi, jusqu'à la délivrance de l'accouchement, les femmes concernées peuvent connaître pendant et après cet épisode de conception des fuites urinaires. On estime ainsi que 40% des femmes enceintes et une jeune maman sur deux sont touchées par des problèmes d'incontinence.

Dans le premier cas, il est question d'une pression exercée sur le plancher pelvien par l'utérus, résultant en une fragilisation des muscles du périnée. Ce dernier fonctionne également moins efficacement suite à un accouchement par voie basse, qui a également pour effet de détendre les muscles comme l'indique Parents.fr.

Une alimentation sélective pour prévenir les fuites urinaires

Pour répondre à ces désagréments plus ou moins dérangeants lorsque rencontrés, il apparaît pertinent de surveiller son alimentation et d'écarter les produits à même de favoriser une irritation de la vessie. Les agrumes, les tomates et les plats forts en épices sont ainsi à éviter en attendant la fin d'une rééducation périnéale.

Côté liquides, il est conseillé de mettre de côté le café, le thé (vert exclu), les boissons énergisantes ainsi que les sodas à base de caféine, cette dernière stimulant ainsi la vessie en sa qualité d'excitant.

Le danger de la constipation

Gare également à la constipation, qui agit elle aussi défavorablement sur la vessie en la mettant en état de pression permanente. Pour s'assurer une évacuation non douloureuse des selles, on recommande de consommer des aliments riches en fibres solubles (avoine, orge) et insolubles (contenues dans les fruits, légumes et céréales complètes).

Et quand bien même ces avis ne parviendraient pas à venir à bout de fuites urinaires, même après la fin de la rééducation du périnée, cette persistance ne doit pas être négligée. Le médecin traitant se veut alors le recours à privilégier pour mettre un terme à l'incontinence urinaire dans les plus brefs délais.

Crédits photos : andriano.cz / Shutterstock.com

Partager cet article