Francofolies : après l'attentat, un concert nécessaire pour Lavilliers

Par , publié le | modifié le
Musique Bernard Lavilliers sur la scène des Francofolies
Bernard Lavilliers sur la scène des Francofolies

Vendredi soir, Bernard Lavilliers était présent sur la scène des Francofolies. Encore marqué par l'attentat survenu à Nice quelques heures plus tôt, il a néanmoins rappelé l'importance d'assurer le concert comme réponse à la terreur.

Le contexte était forcément particulier et les derniers jours de l'évènement, possiblement encore plus attendus. Débutées le 13 juillet dernier, soit la veille de l'attentat ayant secoué la promenade des Anglais à Nice, les Francofolies de la Rochelle se sont malgré tout poursuivies en attendant leur conclusion calée à ce dimanche.

Le lendemain du drame, une minute de silence a été observée sur la scène du festival avant que Jain ne démarre son concert. Et tout en reconnaissant que l'assistance aurait probablement des difficultés à vivre pleinement sa performance, la jeune chanteuse l'a néanmoins encouragée à "décharger [ses] ondes négatives" sur ses morceaux.

Lavilliers : "pas dormi" devant les images de l'attentat de Nice

Autre artiste ayant également évoqué la tragédie de Nice et la nécessité d'aller de l'avant au-delà de la tristesse et du désarroi, Bernard Lavilliers, qui se produisait vendredi soir dans le cadre des Francofolies. Avant de monter sur scène, il avait parlé du "pouvoir de la peur" et de la manière de le contrer, comme l'a rapporté Ouest-France.

"La nuit de vendredi, je n’ai pas dormi devant ces images. On va faire une minute de silence contre cette horreur, pour ces gens-là. Et on va faire le concert parce qu’il n’est pas question de se planquer derrière nos portes blindées, comme je le dis dans une chanson. C’est tout ce qu’on peut faire, parce que parler sera alors superflu."

Une minute e silence demandée aux Francofolies

Après soixante nouvelles secondes de recueillement exécutées à sa demande, l'interprète de Stand the Ghetto a entonné Pouvoirs, titre daté de 1979 que Bernard Lavilliers avait revisité plus tôt dans l'année suite à un voyage effectué au Brésil en avril. Avant d'enchaîner avec d'autres extraits de son répertoire incluant notamment La grande marée, CIA, L’exilé ou encore Troisièmes couteaux, pour un accueil que l'on aura pu constater de chaudement positif.

Crédits photos : 24matins.fr/Marion Dorothé

Partager cet article