France Télévisions dénonce la stratégie médiatique du Front National

Par , publié le | modifié le
France Michel Field, directeur de l'information de France Télévisions, le 6 décembre 2012 au Pré-Saint-Gervais, près de Paris
Michel Field, directeur de l'information de France Télévisions, le 6 décembre 2012 au Pré-Saint-Gervais, près de Paris

France Télévisions, par la voix de Michel Field, son directeur de l’information, a alarmé le CSA sur la stratégie utilisée par le parti d’extrême droite afin de mobiliser au meilleur moment les médias en sa faveur.

Les règles d’équité de temps de parole dans les services publics ont été mises en place afin d’assurer une présence médiatique équitable des partis politiques. Il semblerait cependant que le Front National ait adopté une stratégie visant à monopoliser la scène médiatique à une période importante de la campagne pour les élections. Michel Field, le directeur de l’information des chaînes publiques, s’est alarmé de cette pratique et l’a dénoncée au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA).

Une stratégie FN pour être surexposé dans les médias en janvier ?

Pour Michel Field, la stratégie du Front National est claire et déloyale. Le parti d’extrême droite restreindrait volontairement ses interventions télévisées afin de pouvoir profiter, par la suite, d’une réserve de temps de parole qui lui offrirait une surexposition médiatique à un moment crucial. Pour le directeur de l’information de France Télévisions, le parti de Marine Le Pen devrait, ainsi, rattraper ce retard médiatique en monopolisant une part de temps de parole bien supérieure aux autres partis à l’approche de la période électorale officielle.

Michel Field assure que le Front National refuse, depuis un moment, et de façon systématique la plupart des invitations sur les plateaux de télévision, accumulant, de fait, une réserve de temps de parole. L’ancien journaliste a expliqué la stratégie du Front National durant un déjeuner de l’Association de journalistes médias : « C'est un parti qui fait extrêmement bien de la politique. Nous sommes tenus par des règles d'équité de temps de parole et vous savez à quel point le CSA est sourcilleux. Le FN a repéré les failles du dispositif du régulateur. Il refuse systématiquement les invitations consommatrices de temps de parole ».

Pour Michel Field, la stratégie du parti de Marine Le Pen est limpide. Le FN souhaite bénéficier, en utilisant cette faille, d’une surexposition médiatique en janvier, juste avant que les compteurs de temps de parole ne soient remis à zéro pour le début de la période électorale officielle. Le parti d’extrême droite pourrait donc ainsi être extrêmement surreprésenté sur les plateaux de télévision juste avant cette échéance importante.

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel saisit

Le groupe de télévision publique a donc formellement saisit l’autorité indépendant de l’audiovisuel afin qu’une enquête soit menée. Selon nos confrères de « Libération », un membre du CSA aurait confessé que « tous les éditeurs se plaignent en privé de la difficulté à recevoir des personnalités du FN, dont la prise de parole est très calibrée ». Le conseil de l’audiovisuel a par ailleurs précisé que « Si l’on nous apporte les preuves que le FN conduit une stratégie d’évitement des médias, nous en tiendrons compte dans nos délibérations de temps de parole ».

Face à ces accusations, le parti extrémiste à réagi en rejetant toute forme de stratégie. Pour Florian Philippot, le numéro deux du parti : « Le FN n’a aucune stratégie de se réserver des temps de parole à un moment ou un autre. C’est le droit de Marine Le Pen de maîtriser les moments de son exposition sans être obligée de commenter systématiquement les hypothèses différentes des primaires ».

Crédits photos : © AFP/Archives PATRICK KOVARIK

Partager cet article

Pour en savoir plus