Ski : La France n’est plus la première destination mondiale

Par , publié le
Économie Une station de ski dans les Pyrénées
Une station de ski dans les Pyrénées

La France a perdu sa première place des destinations les plus fréquentées par les skieurs au profit des États-Unis. Une baisse due au manque de neige rencontré cette année.

Coup dur pour le domaine skiable français. Selon le dernier baromètre du syndicat des Domaines skiables de France (DSF), la baisse des fréquentations rencontrée lors de la dernière saison a fait rétrograder la France à la deuxième place des destinations mondiales du ski derrière les États-Unis.

La France reste leader en Europe

Selon DSF, la fréquentation des pistes skiables en France a baissé de 3% par rapport à l’année précédente. Les stations françaises ont vendu 52 millions de journées-skieurs contre 53,9 millions pour les États-Unis qui de leur côté connaissent une hausse de 0,6%. La France est talonnée par l’Autriche qui a vu sa fréquentation chuter de 4% pour atteindre 49,9 millions de journées-skieurs vendues.

La France conserve donc sa première place en Europe et compte bien reprendre la première à son concurrent américain si la neige est au rendez-vous cette année.

Tout dépend de l’enneigement

La France et les États-Unis se livrent en effet à un mano a mano depuis plusieurs années. L’enneigement reste le facteur le plus influent sur la fréquentation des stations et la France a payé cette année un démarrage difficile à cause du manque de neige à basse et moyenne altitude.

Un manque à gagner qui a contraint 72 opérateurs de remontées mécaniques à déposer des dossiers d’indemnisation auprès du système d’assurances Nivalliance destiné à amortir les années difficiles. Le montant total des demandes atteint les 2,85 millions d’euros soit l'une des sommes les plus importantes de ces dix dernières années. Les stations du Jura (-23 % sur un an), suivies par celles des Vosges (-16 %) et du Massif central (-15 %) ont été les plus touchées par cette mauvaise année.

Crédits photos : Wikipedia

Partager cet article

Pour en savoir plus