Les Français favorables à la prolongation de l'état d'urgence

Par , publié le
France
François Hollande le vendredi 13 novembre 2015

Selon un sondage réalisé par l’institut YouGov, près d’un français sur 7 se dit favorable à la prolongation de l’état d’urgence.

À la suite des attentats du 13 novembre 2015, François Hollande instaurait l’état d’urgence sur le territoire français. Deux mois plus tard, où en sont les Français par rapport à cette décision ?! Selon un sondage de l’organisme YouGov réalisé pour le Huffington Post et i>Télé, il semblerait que le peuple de France soit favorable à la prolongation de cet état d’urgence.

Les Français veulent prolonger l’état d’urgence

Le résultat est sans appel, 69 % des Français interrogés se déclarent favorables à la prolongation de l’état d’urgence au-delà de la date butoir du 21 février 2016. En détaillant le résultat, 29 % se disent « très favorables », 39 % « plutôt favorables », 13 % « plutôt défavorables », 10 % « très défavorables », et 9 % ne se prononcent pas.

Globalement, les sympathisants de la majorité à l’extrême droite sont favorables à cette prolongation. La mesure divise un peu plus du côté du Front de Gauche ou 54 % seulement des sympathisants sont favorables à la prolongation de cet état d’urgence (contre 76 à 81 % pour les autres partis).

La sécurité plutôt que les libertés

Lors de l’instauration de l’état d’urgence par François Hollande, certaines voix se sont élevées, jugeant la mesure contraire à la protection des libertés fondamentales. Les Français semblent avoir depuis fait leur choix. Tant que la menace terroriste sera avérée, 65 % des personnes interrogées se disent prêtes à « accepter une certaine limitation des libertés fondamentales des individus pour mieux garantir la sécurité de tous ». Seuls 18 % la jugent au contraire « dangereuse, car ce régime d’exception porte atteinte aux libertés fondamentales des individus ». Concernant l’inscription de l’état d’urgence dans la Constitution du pays, 62 % des personnes interrogées s’y disent favorable.

Cette étude a été réalisée les 6 et 7 janvier sur internet auprès d’un échantillon de 1.015 personnes représentatif de la population française selon la méthode des quotas.

Crédits photos : capture d'écran TF1

Partager cet article