Français entrant aux États-Unis : Trump favorable à un "contrôle extrême"

Par , publié le
International Le candidat républicain Donald Trump.
Le candidat républicain Donald Trump.

Le candidat à la présidence américaine Donald Trump a récemment déclaré à la télévision qu'en cas de victoire à l'élection, les Français voulant entrer aux États-Unis seront soumis à un "contrôle extrême".

S'il avait possiblement un certain nombre de soutiens en France, ceux-ci se sont vraisemblablement réduits après de récentes déclarations du candidat républicain à la Maison-Blanche Donald Trump. Dans une émission télévisée diffusée en ce dimanche, le milliardaire a ainsi déclaré que lui président, les Français désirant entrer aux États-Unis seraient soumis à un "contrôle extrême".

Dans des propos traduits rapportés par nos confrères du Monde, le candidat a estimé qu'au même titre que l'Allemagne, la France a été "infectée par le terrorisme". Et de rendre l'Hexagone responsable de cette situation : "Et vous savez quoi ? C’est leur faute. Parce qu’ils ont laissé des personnes entrer sur leur territoire".

La France responsable de son terrorisme selon Trump

Par sa position adoptée sur la question sécuritaire, Donald Trump entend faire preuve d'une certaine sagacité : "Nous devons être intelligents et nous devons être vigilants et nous devons être forts. Nous devons avoir des normes strictes. Si une personne ne peut pas prouver qu’elle ne constitue pas une menace, elle n’a pas à venir dans ce pays."

Quelques jours plus tôt, à l'occasion de la convention républicaine de Cleveland dans l'Ohio, il avait affirmé que les États-Unis "devaient suspendre immédiatement l’immigration de toute nation exposée au terrorisme jusqu’à ce que des mécanismes de contrôle efficaces aient été mis en place".

Attentats du 13 novembre : un autre bilan avec des victimes armées ?

En fin d'année dernière et en réaction aux attentats du 13 novembre ayant fait 130 morts et plus de 400 blessés, le milliardaire s'en était une nouvelle fois pris à la législation française sur les armes à feu, après avoir ainsi énoncé pareille critique au sortir du drame parisien de janvier 2015 : "Si les victimes avaient été armées, la situation aurait été très, très différente".

On rappellera que le 12 juin dernier, la ville d'Orlando (État de Floride) a été frappée par l'attentat le plus lourd jamais enregistré aux États-Unis depuis le 11 septembre 2011. Une attaque revendiquée par Daesh et qui aura causé la mort de 50 personnes.

Crédits photos : Christopher Halloran / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus