Fleur Pellerin a démenti les rumeurs concernant son remplacement

Par , publié le
Culture La ministre de la Culture, Fleur Pellerin
La ministre de la Culture, Fleur Pellerin

Mercredi avaient lieu les voeux de la ministre de la Culture de la Communication. Si Fleur Pellerin a démenti les rumeurs concernant son éventuel remplacement, elle a aussi annoncé un crédit d'impôt pour le spectacle vivant.

Rue de Valois, mercredi, les acteurs du monde culturel et de la communication recevaient les voeux de leur ministre pour l'année 2016. D'un côté, Fleur Pellerin a tenu à démentir les récentes rumeurs la voyant potentiellement remplacée par l'actuelle garde des Sceaux Christiane Taubira.

De l'autre, elle a annoncé l'instauration d'un crédit d'impôt en direction du spectacle vivant, qui cible plus précisément comédies musicales, spectacles d'humour et musique.

Fleur Pellerin évoque des rumeurs de "dîners en ville"

Pour la ministre, les rumeurs sur son éventuel remplacement viennent "de gens plus ou moins bien intentionnés". Elle insiste pour rappeler que "ce sont le Président et le premier Ministre qui nomment et non les dîners en ville".

En outre, elle indique : "Je trouve que ce n'est pas respectueux pour la place de la culture dans notre pays, pour la continuité et la cohérence des politiques culturelles". Concernant le nom de celle qui la remplacerait rue de Valois : "Ça n'a pas de sens au regard du travail que Christiane Taubira fait au ministère de la Justice : c'est la garde des Sceaux, elle a d'importantes lois qu'elle prépare depuis plusieurs années, sur la justice des mineurs, sur la réforme pénale, et Dieu sait à quel point ces mesures sont importantes et attendues en ce moment compte tenu du contexte sécuritaire dans lequel nous sommes". Enfin, elle s'est montrée "fière du travail accomplie en 18 mois".

Un crédit d'impôt pour le spectacle vivant

Concernant cette fois la politique culturelle, Mme Pellerin s'est félicitée de la hausse de 2,9% du budget de son ministère, qui aidera "à conforter le financement du spectacle vivant en réformant et en augmentant en particulier nos aides aux équipes artistiques, ensembles et compagnies. Il faut y ajouter un crédit d'impôt qui lui sera spécialement dédié".

"Aujourd'hui c'est la scène, les festivals qui font beaucoup pour l'émergence et la découverte de nouveaux talents, il me semble légitime d'aider cette démarche", a-t-elle appuyé. Et la ministre de citer, pour légitimer son annonce : "Notre artiste cible c'est Christine and the Queens avant qu'elle soit connue et qu'elle perce, des artistes qui réunissent quelques centaines de personnes dans les salles au moment où ils essaient de se faire un nom".

Crédits photos : © Lionel Guericolas (Visual Press Agency) pour Public Sénat

Partager cet article