Finistère : il apporte à la mairie un obus découvert dans son jardin

Par , publié le
Faits Divers
Mairie de Puteaux

Vendredi dans le Finistère, un agent d'entretien des espaces verts a rapporté à la mairie un obus qu'il avait découvert en tondant une pelouse communale. Le bâtiment sera évacué.

Samedi, la gendarmerie et la préfecture ont communiqué sur un incident survenu la veille à Hanvec, dans le Finistère. Un agent d'entretien des espaces verts s'est ainsi rendu à la mairie en y apportant un obus, découvert alors qu'il tendait une pelouse communale.

François Adam, chef secrétaire de la compagnie de gendarmerie de Landerneau, a fait savoir à l'AFP que la lame de la tondeuse "a raboté la tête de la fusée" de l'obus, long de 20/30 centimètres. Bernard Guérin, sous-préfet de Brest, a quant à lui déclaré que les gendarmes étant ensuite arrivés sur place ont procédé à l'évacuation de quatre employés de mairie et de trois usagers.

Obus rapporté à la mairie dans le Finistère : un geste imprudent pour le sous-préfet de Brest

Une opération menée dans l'attente des militaires du service de déminage de Brest, et l'engin d'avoir ensuite été transporté à Brest en vue d'une neutralisation. Pour M. Guérin, l'agent d'entretien a pris de "gros risques pour lui-même et les autres", des risques qui auraient pu aboutir à une mise à feu involontaire.

Brest : 10% d'engins explosifs n'auraient pas explosés après 1944

Le jardinier se serait également montré imprudent "en déterrant l'engin et en le prenant à bras le corps pour l'apporter à la mairie". Le sous-préfet de Brest a rappelé que dans les cas de ce genre où un engin explosif est découvert, "il ne faut pas y toucher et appeler immédiatement la gendarmerie ou la police". Hanvec, la commune où l'obus a été découvert, se trouve à une trentaine de kilomètres de Brest, où quelque 30.000 engins explosifs avaient été largués par les Alliés à l'été 1944 pour faire sortir les occupants allemands. On estime qu'à ce jour, 10% d'entre eux n'ont pas explosé.

Partager cet article