Financement du FN : Marine Le Pen refuse de se rendre à une convocation judiciaire

Par , publié le
Politique Marine Le Pen, la présidente du Front National
Marine Le Pen, la présidente du Front National

Attendue lundi devant les juges dans le cadre d'une convocation ayant trait à l'enquête menée sur le financement du FN, la présidente du parti Marine Le Pen ne s'est pourtant pas présentée au rendez-vous.

Selon une source judiciaire, la présidente du Front national (FN) Marine Le Pen avait reçu sa lettre de convocation devant la justice il y a de cela quelques semaines, à la mi-octobre. Alors qu'il était donc attendu que la dirigeante du FN se rende à ce rendez-vous à la date indiquée, soit le lundi 9 novembre 2015, il n'en a cependant pas été ainsi.

On apprend ainsi, via nos confrères du Monde, que Marine Le Pen n'a pas répondu à l'appel des juges Renaud Van Ruymbeke et Aude Buresi. Lesquels avaient demandé à l'entendre en tant que témoin assisté dans le cadre de l'enquête conduite sur le financement du FN. La présidente du parti explique sa décision par une volonté d'attendre que la Cour de cassation se penche sur sa requête en suspicion légitime avant d'être auditionnée par la justice.

Marine Le Pen convoquée devant les juges : un second refus de la présidente du FN

"La moindre des choses, c’est d’avoir une réponse à cette requête. Les juges d’instruction avaient dix jours pour donner leurs arguments, à ce que je sais, ils ne l’ont toujours pas fait." À noter qu'il s'agit là de la seconde fois en quelques semaines que Marine Le Pen refuse de répondre favorablement à une convocation, la précédente remontant au 13 octobre dernier.

"On me convoque avant les élections, c'est un acte politique"

La leader du FN avance également l'argument d'un calendrier supposément imposé par la ministre de la Justice Christiane Taubira auprès du Premier ministre Manuel Valls : "On n’était pas à dix jours près. On me convoque avant les élections, c’est un acte politique. Ce calendrier a pour but de me nuire. Il y a des pressions du parquet, les magistrats l’ont dit eux-mêmes à un des incriminés, qui en a fait une attestation. On voit que Mme Taubira fait pression, sur ordre de Manuel Valls." À la lecture de ces déclarations, il apparaît par conséquent difficilement concevable que Marine Le Pen se rende, de son plein gré, à une quelconque convocation judiciaire en 2015.

Crédits photos : Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus