La fin des dinosaures accélérée par la trop lente incubation de leurs oeufs

Par , publié le | modifié le
Sciences
Photo d'illustration. Des dinosaures

Trois à six mois, telle était la durée que prenait l'éclosion des oeufs selon les espèces, d'après une récente étude.

La compétition entre espèces pour la survie aurait été perdue par les dinosaures à cause de la trop lente incubation de leurs oeufs. Telle est la conclusion d'une nouvelle étude américaine parue mardi dans les Comptes-rendus de l'académie américaine des sciences (PNAS).

Une compétition accrue après la chute d'un astéroïde il y a 65 millions d'années, et qui avait considérablement modifié le climat autour du globe.

Des oeufs trop lents à éclore

Pour parvenir à leur conclusion, les scientifiques se sont penchés sur les dents de 2 embryons fossilisés, à savoir celles d'un protocératops et d'un hypacrosaurus. Munis d'un microscope, ils ont déterminé l'âge de ces embryons grâce aux lignes de croissance de leurs dents. Mais ce qu'ils cherchaient surtout à connaître était la durée de leur développement.

Avec un temps d'incubation de 3 à 6 mois selon les espèces, les oeufs de dinosaures mettaient deux fois plus de temps à éclore que ceux des espèces d'oiseaux, qui en sont les descendants. Jusqu'à présent, les spécialistes estimaient le contraire.

Des oiseaux qui évoluent plus rapidement

Mark Norell, conservateur du département de paléontologie au musée américain d'histoire naturelle de New York précise : "Nous savons très peu de choses concernant l'embryologie des dinosaures. Mais grâce à des technologies avancées comme les scanners et la microscopie à haute résolution, nous faisons des découvertes qu'on ne pouvait même pas imaginer il y a vingt ans". 

C'est ainsi que les espèces d'oiseaux ont sans doute évolué de manière beaucoup plus rapide suite à leur séparation de la famille des dinosaures.

Crédits photos : iurii/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus