Films tournés en France : Fleur Pellerin veut séduire Hollywood

Par , publié le | modifié le
Culture
La ministre de la Culture, Fleur Pellerin

La ministre de la Culture Fleur Pellerin est appelée à rencontrer cette semaine cette semaine les dirigeants des studios d'Hollywood, avec l'objectif de les inciter à tourner leurs grosses productions en France.

En octobre dernier, le producteur Luc Besson se réjouissait de la perspective de pouvoir tourner son prochain film, Valérian et la cité des mille planètes, en France. Une situation rendue possible grâce à l'adoption d'un texte de loi par l'Assemblée nationale censé permettre aux films français de bénéficier d'un crédit d'impôts supérieur (30% au lieu de 20).

Et si l'on suppose que le plaisir est partagé du côté de l'État français, la ministre de la Culture Fleur Pellerin compte bien attirer dans ses filets d'autres gros poissons du cinéma, et en particulier celui d'Hollywood. Cette semaine, elle doit ainsi rencontrer les dirigeants de ces studios afin de les convaincre de venir tourner leurs productions d'envergure sur le sol français.

Fleur Pellerin pour des films hollywoodiens tournés en France : "les enjeux financiers sont considérables"

Citée par nos confrères du Point, Mme Pellerin ne manque pas de parler de contraintes liés à ce choix géographique tout en évoquant des retombées favorables : "Les enjeux financiers sont considérables, car il y a un impact direct et indirect. Nous considérons que l'effet de levier est de un à trois. Pour un euro dépensé sur un tournage, il y a trois euros de cotisations sociales, TVA, etc. Mais, au-delà, montrer des images tournées en France va donner envie à des gens de venir voir ces paysages, et ça a un impact sur l'économie locale".

"Aujourd'hui, on est extrêmement compétitifs"

Et la ministre d'ajouter : "On avait des crédits d'impôt intéressants pour des productions moyennes, je voudrais maintenant pouvoir attirer des tournages avec des budgets de 80-100 millions de dollars. Je viens de rencontrer (le studio) Lionsgate qui m'a dit que le rehaussement du crédit d'impôt était très intéressant". Si la Hongrie est à même d'apparaître comme une destination plus séduisante pour les grosses productions en raison d'un crédit d'impôt proposé sans plafond, la France se veut fort attractive au niveau européen selon Fleur Pellerin : "Aujourd'hui, on est extrêmement compétitifs. On est au-dessus de Londres, qui est à 25 % (de crédit d'impôt), même si le niveau des dépenses éligibles n'est pas tout à fait le même, et on est plus compétitifs que la Belgique, que le Luxembourg..." Des résultats positifs, certes non précisés, ont d'ailleurs déjà été enregistrés suite à la revalorisation du crédit d'impôt : "Le crédit d'impôt est entré en vigueur le 1er janvier et l'effet se fait déjà sentir. Certains réalisateurs devaient tourner à l'étranger et vont le faire en France".

Crédits photos : © Lionel Guericolas (Visual Press Agency) pour Public Sénat

Partager cet article