FIFA : Jack Warner aurait détourné de l’argent destiné à Haïti

Par , publié le | modifié le
Foot
Jack Warner, vice président de la FIFA

Selon la BBC, Jack Warner, l'ancien président de la zone Concacaf, aurait détourné 750.000 dollars qui étaient destinés à Haïti.

A chaque jour sa nouvelle polémique sur la FIFA. Depuis l’annonce de soupçons de corruption au sein de la fédération de football, et l'arrestation de plusieurs fonctionnaires, les déclarations pleuvent et de nombreux noms de hauts dirigeants sont cités dans des scandales de plus en plus surprenants. Preuve en est avec Jack Warner, qui aurait selon la BBC, détourné près de 750.000 dollars qui étaient destiné aux victimes du tremblement de terre en Haïti.

Les enquêteurs américains croient savoir que cet argent provenait de la FIFA et de la fédération sud-coréenne de football. A l’origine, près de 10 millions de dollars auraient été envoyés à destination d’Haïti en 2010. Une somme versée sur le compte de la Concacaf, dont Jack Warner était justement le président.

Jack Warner nie ces accusations

Appréhendé parmi d’autres dirigeants en mai dernier, le trinidadien rejette en bloc toutes les accusations du FBI à l’encontre des dirigeants de la FIFA : "Nous devons être prudents et se demander si les Etats-Unis pourront être capables d'être équitables dans ses décisions envers un organisme international", déclare l'ancien président de la Concacaf.

Ce dernier reproche notamment aux autorités américaines de ne pas pouvoir juger la FIFA "de manière équitable" après que l’attribution de la Coupe du monde 2022 ait été attribuée au Qatar, au détriment des Etats-Unis.

D’autres accusations pèsent sur Jack Warner

Outre ces accusations de détournement, Jack Warner est également visé dans une enquête concernant des pots de vin en 2004. Selon des révélations d’un ex-ministre des sports égyptien, Jack Warner aurait demandé 7 millions de dollars à l’Egypte, en échange de sept voix pour le mondial 2010. Mondial finalement attribué à l’Afrique du Sud.

Crédits photos : the telegraph

Partager cet article

Pour en savoir plus