Fièvre catarrhale ovine : vigilance sur 11 départements

Par , publié le
Santé
Moutons

De nouveaux cas de fièvre catarrhale ovine ayant été découverts dans le Cantal, l’Indre, la Loire et la Saône-et-Loire, 11 départements sont désormais dans le viseur des autorités.

Derrière le nom faussement énigmatique de la fièvre catarrhale ovine se cache une maladie animale (également appelée "maladie de la langue bleue") ciblant principalement les ruminants d'élevage tels les bœufs et les moutons. À noter qu'elle n'est ni contagieuse, ni transmissible à l'homme et qu'elle n'affecte nullement la qualité des denrées.

Le mois dernier, un premier foyer avait été détecté dans l'Allier, et le ministère de l'Agriculture de n'avoir alors pas tardé à réagir par la mise en place de mesures de surveillance et d'autres relatives au confinement des troupeaux. Nos confrères de Pourquoi Docteur ? rappellent qu'une campagne de vaccination fut également décidée, même si son efficacité ne se sera pas révélée aussi probante qu'attendue.

Maladie de la langue bleue : le Cantal, l’Indre, la Loire et la Saône-et-Loire sous surveillance

Et l'on vient donc d'apprendre que de nouveaux foyers ont été découverts dans le Cantal, l’Indre, la Loire et la Saône-et-Loire, portant ainsi à 11 le nombre de départements concernés par une vigilance des autorités sanitaires (9 départements étant réellement touchés par la fièvre). Les foyers épidémiques s'élèvent désormais à une cinquantaine, principalement situés dans l’Allier et le Puy-de-Dôme.

Fort taux de mortalité chez les ovins

La fièvre catarrhale ovine se manifeste chez les moutons par une importante perte de poids et une inflammation des muqueuses amenant la langue à prendre une teinte bleutée. Les bovins, certes moins ciblés, peuvent néanmoins présenter des soucis relatifs à la production de lait et à la reproduction si touchés par la maladie. La mortalité se veut quant à elle particulièrement importante chez les ovins victimes de cette fièvre. Et si, comme cela a été susmentionné, la fièvre catarrhale ovine ne représente pas une menace pour la santé de l'être humain, elle pose un problème certain aux éleveurs qui subissent ainsi notamment une chute de leurs exportations.

Crédits photos : 5demayo / morgueFile

Partager cet article