Fidel Castro fête ses 89 ans en compagnie de présidents

Par , publié le
International
Nicolas Maduro en compagnie de Fidel Castro pour ses 89 ans. Capture d'écran du compte twitter de nos confrères bolivien du journal "La Razón"

L'ex-président cubain, Fidel Castro, a fêté son anniversaire en compagnie du président bolivien et vénézuélien. Il a au passage aussi rappelé la dette colossale des Etats-Unis envers Cuba.

Nicolas Maduro, le président vénézuélien et Evo Morales, le président bolivien se sont rendus à la Havane afin de célébrer l'anniversaire de Fidel Castro ce jeudi 13 août.

Bien que diminué, Fidel Castro a tenu à fêter ses 89 ans

L'ancien leader cubain, bien que retiré de la vie politique, continue d'être un exemple pour deux chefs d'Etat sud-américains. Il est souvent cité comme "le sage grand-père" par Evo Morales qui n'a pas hésité en compagnie de Nicolas Maduro, l'héritier d'Hugo Chavez, à venir le visiter pour son anniversaire. La presse vénézuélienne et la presse bolivienne ont ainsi montré des photos des deux leaders accompagnant Fidel Castro dans un van.

Capture d'écran du compte twitter du journal bolivien "La Razón".

Capture d'écran du compte twitter du journal bolivien "La Razón".

Evo Morales a ainsi déclaré pour sa venue : "je viens pour partager et accompagner notre grand frère, Fidel Castro, pour son anniversaire. Je l'admire beaucoup, Je l'aime, j'ai appris beaucoup de lui du temps où j’étais dirigeant syndical, député et en tant que président aussi. C’est pour cela que nous avons décidé de venir. Nous espérons que cette décision ne sera pas mal interprétée. Frère Fidel, je te souhaite bon anniversaire de même qu’à tout le peuple cubain avec lequel nous entendons célébrer ensemble cet anniversaire".

Fidel Castro égratigne les USA au passage

Fidèle à ses convictions, Fidel Castro a ainsi rappelé que les USA devaient des millions de dollars à Cuba en compensation de l'embargo économique qu'ils ont infligé à l'île de Cuba. Il a ainsi déclaré qu'"une dette s’élevant à de nombreux millions de dollars était due envers Cuba, pour les indemnités de dommages et intérêts, comme l’a dénoncé notre pays avec des arguments et des chiffres incontestables, tout au long de ses interventions devant les Nations unies".

Une déclaration qui intervient la veille de la visite historique de John Kerry à Cuba et qui est la première depuis 1945. Les USA de leur côté estiment que Cuba a une dette envers eux pour l'expropriation de biens américains pendant la révolution cubaine.

Crédits photos : Twitter

Partager cet article

Pour en savoir plus