Fête de la musique : un groupe déprogrammé pour refus d'observer une "neutralité politique"

Par , publié le
France Gabriel Saglio et Les Vieilles Pies en 2015
Gabriel Saglio et Les Vieilles Pies en 2015

Censé se produire dans la commune de Villers-Cotterêts dans le cadre de la Fête de la musique, le groupe breton Les Vieilles Pies s'est finalement vu déprogrammé de par son refus de signer une clause de "neutralité politique".

Mardi après-midi, Gabriel Saglio a semblé s'en désoler sur sa page Facebook. Son groupe Les Vieilles Pies a ainsi été déprogrammé par la mairie frontiste de Villers-Cotterêts dans le cadre de la Fête de la musique. La raison ? Avoir refusé d'inscrire la clause suivante dans leur contrat :

"Les artistes s'engagent, dans le cadre de leur prestation artistique, à respecter le principe de neutralité politique. A défaut, la prestation ne sera pas rémunérée." Comme le chanteur l'indique, tout a commencé en avril dernier avec un contact de cette mairie pris auprès du projet Gabriel Saglio et Les Vieilles Pies, pour une participation au concert du 21 juin.

Une mairie FN déprogramme un groupe pour la Fête de la musique

L'accord entre les deux parties commence à prendre forme, jusqu'à ce 12 mai où il est demandé au groupe d'inscrire la mention citée plus haut. C'est à ce moment-là que Gabriel Saglio découvre que la mairie est sous la direction du Front national (FN) : "c’est la première fois qu’une telle demande nous est faite en plus de 500 concerts!"

L'artiste ajoute qu'"en contact avec le service culturel, nous avons évoqué uniquement le droit du travail pour expliquer notre refus d’ajouter au contrat cette clause sans aucune valeur juridique." Avant de recevoir, le 13 juin, "un courrier postal de Mr le Maire nous indiquant que notre proposition pour le 21 juin n’était pas retenue".

"Les gens viennent écouter de la musique, pas assister à des meetings politiques"

Contactée via téléphone par nos confrères de Francetv info, la municipalité de la commune se défend d'une telle clause : "Les gens viennent écouter de la musique, pas assister à des meetings politiques. On ne veut pas qu'ils profitent de la scène pour exprimer un avis politique. La clause concerne ce qui se passe en dehors des spectacles. Il est question de prestation artistique et non d’œuvre artistique. Les artistes sont donc libres de s'exprimer dans leurs chansons. On ne ne ré-écrit pas les textes des musiciens, vous savez. Si la chanson est déjà écrite..."

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article

Pour en savoir plus