Femmes et seniors, toujours plus nombreux dans la population active

Par , publié le
Société Photo d'illustration. Une femme au travail.
Photo d'illustration. Une femme au travail.

Lors de ces 10 dernières années, la population active a fait un bond de 1,34 million de personnes. Actifs de plus de 50 ans et femmes, toujours plus nombreux, sont les raisons de cette augmentation.

Une petite définition pour débuter, si vous le souhaitez. La population active est la somme des personnes en âge de travailler, et disponibles sur le marché du travail, qu'elles aient un emploi ou qu'elles se trouvent en demande d'emploi.

Selon l'Insee, dans une enquête dévoilée ce jour, le marché du travail a vu ses rangs, en 2014, gonfler grâce à l'apport de 70.000 femmes et 180.000 seniors. En revanche, 20.000 hommes n'en faisaient plus partie.

Une augmentation de la population active depuis 2005

L'année dernière donc, la population active comptait 28,64 millions de personnes, dont 2,84 millions de demandeurs d'emplois. En 10 ans, les auteurs de l'étude pointent que "la population active a augmenté de 1,34 million de personnes".

Dans un premier temps, ce sont les seniors qui expliquent cette hausse significative. Pour les auteurs de la "photographie du marché du travail en 2014", les 50-64 ans donc ont "apporté" en quelque sorte 1,6 million de personnes dans la population active en 10 ans. Ces augmentations "ininterrompues malgré la crise de 2008" sont dues à la réforme des retraites, qui ont vu l'âge de départ à la retraite s'allonger.

Plus de femmes sur le marché du travail, mais beaucoup en "sous-emploi"

Mais également, cette hausse est "soutenue par une participation croissante des femmes au marché du travail". Les évolutions sont certes assez légères mais le taux d'activité des femmes a grimpé de 50,5% à 51,8%, dans le même temps celui des hommes reculait de 62,6% à 61,2%.

Autre fait notable : la population féminine est en règle générale moins confrontée au chômage que les hommes (9,6%, pour les hommes 10,2%). Cependant, elles occupent plus de postes "en sous-emploi". C'est-à-dire, selon l'Organisation internationale du travail, "lorsque la durée ou la productivité de l’emploi d’une personne sont inadéquates par rapport à un autre emploi possible que cette personne est disposée à occuper et capable de faire". En l'espèce, il s'agit principalement d'emplois à temps partiel.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus