Faux billets : une vaste organisation démantelée

Par , publié le
France faux billets

Mardi et mercredi en Seine-et-Marne, l'office spécialisé de la police judiciaire française a démantelé la plus importante fabrique de faux billets du pays.

D’après des sources policières, cette « usine » a fait sortir plus de 9 millions d’euros divisés en 350 000 faux billets, en coupures de 20 et 50 euros. Il s’agissait en termes de volume et de qualité de la première officine de France et de la deuxième d’Europe. Elle était dissimulée dans un site industriel d’un petit village entre Meaux et Chelles au nord du département. Après l’arrestation de plusieurs dizaines de personnes lors des derniers mois, dont un contrefacteur, la fabrique a finalement été démantelée, alors que les investigations avaient débuté en 2007.

Les faux billets de 20 et 50 euros étaient de « bonne facture » et étaient réalisés à partir d’une chaîne graphique numérique. Les coupures étaient émises à 90% en France tandis que le reste partait dans les zones frontalières des pays voisins et distribuées par des gens du voyage. Plusieurs dizaines de personnes membres de cette communauté qui servaient de réseau d’écoulement ont été arrêtées, notamment en région parisienne et dans des moyennes agglomérations en province. En raison de la difficulté à remonter ce type de filière, le contrefacteur est longtemps passé à travers les mailles du filet. Finalement interpellé, l’homme était connu des services de police et déjà condamné pour fausse monnaie.

L’officine est par ailleurs restée un temps introuvable, mais le croisement des informations à fini par conduire à son adresse. Il s’agit d’un site industriel particulièrement isolé et difficile d’accès. Il se compose de plusieurs bâtiments dont les intérieurs avaient été aménagés pour dissimuler l’activité. Ainsi la police a dû faire appel à un géomètre pour découvrir derrière une double cloison et sous une dalle de béton l’installation.

Suite à cette découverte, l’ensemble du matériel a été saisi, un exploit dans le domaine puisqu’en général seul les billets ou les faussaires sont retrouvés, mais rarement le local et l’ensemble du matériel.

La France est l’un des pays les plus touchés par la création et la circulation de fausse monnaie (30 à 40 démantèlements par an), les premiers pays de l’Union européenne « producteurs » de faux billets étant l’Italie, la Bulgarie, la Lituanie et la Pologne.

 

Partager cet article

Pour en savoir plus