Fausse alerte à l'enveloppe piégée au journal "L'Humanité"

Par , publié le
Faits Divers L'ambulance des pompiers (photo d'intervention)
L'ambulance des pompiers (photo d'intervention)

Vendredi matin, le journal L'Humanité avait reçu une enveloppe contenant une poudre suspecte. Il ne s'agissait au final que d'une fausse alerte.

Les faits se sont produits dans la commune de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), après que le journal L'Humanité ait reçu une enveloppe contenant une poudre suspecte. Six personnes seront confinées dans les locaux du quotidien, alors que les autorités compétentes étaient appelées à intervenir.

Nos confrères du Parisien rapportent le déploiement de pompiers sur place, lesquels, "spécialisés dans les interventions chimiques", étaient également censés agir conjointement avec des experts. Un cordon de sécurité était de même dressé. Avant que les soldats du feu ne quittent les lieux, on aura pu voir deux d'entre eux sortir des locaux de L'Humanité avec une boîte en plastique suspectée de contenir l'enveloppe en question.

Seine-Saint-Denis : l'enveloppée piégée de L'Humanité qui n'en était pas une

L'analyse de la poudre conduira à une rassurante conclusion. D'après une source policière, le contenu de l'enveloppe était ainsi constitué de déchets minéraux inoffensifs ainsi que d'une missive dont les propos ne semblaient avoir ni queue ni tête. On nous informe aussi que le retrait du cordon de sécurité a été opéré aux alentours de 13h00, après avoir empêché toute intrusion dans le bâtiment pendant environ deux heures. À la mi-journée, aucune évacuation n'avait été observée.

L'isolement des six personnes levée

Le directeur financier de L'Humanité Frédéric Borie a quant à lui indiqué que les six personnes qui avaient été confinées "ont pu aller déjeuner" après la levée de l'isolement. En ajoutant, au sujet de l'enveloppe suspecte : "On ne sait pas ce qu'il y avait dans l'enveloppe, dès son ouverture elle a été déposée et l'alerte a été donnée."

Crédits photos : © AFP/Archives Thierry Zoccolan

Partager cet article

Pour en savoir plus