Facebook lance le statut « donneur d’organes » pour sauver des vies

Par , publié le
Santé Dons d'organes via Facebook

Les amateurs du réseau social ont l’opportunité désormais d’ajouter un nouveau statut à leur compte, celui de « donneur d’organes ». Cette pratique est pour l’instant mise en place en Angleterre et sur le continent américain.

Le premier membre de Facebook à avoir opté pour cette nouveauté n’est autre que le fondateur, Mark Zuckerberg. Ce dernier a expliqué sur la ABC (chaine américaine) son désir de « contribuer à résoudre la crise que rencontre le don d’organes ». Selon ses sources personnelles, il estime que des millions de personnes attendent dans le monde entier un foie, un rein et même un cœur. Le nombre touchant les États-Unis serait évalué à 114 000 patients.

L’ONG Donate Life America a également révélé qu’il existait chaque jour 18 décès à cause du manque d’organes. Elle a ainsi exprimé son enthousiasme, cette initiative pourrait sauver « des milliers de vies ».

Mark Zuckerberg a ainsi mis au point un système simple « vous n’avez qu’à indiquer le pays ou l’État dans lequel vous habitez et nous vous redirigeons vers les registres ». Cette idée lui est survenue après avoir discuté avec sa dulcinée réalisant des études de médecine. Le co-fondateur de la société Apple, Steve Jobs avait également abordé le sujet, il avait subi une greffe en 2009 pour le remplacement de son foie. Les Américains ne sont pas à leur première initiative, les motards et les conducteurs ont la possibilité d’inscrire sur le permis de conduire leur souhait concernant le don d’organes.

En France, une campagne a été réalisée dans la ville de Paris. Elle avait pour mission de pousser la population à se renseigner sur le don d’organes. Sur le territoire, ce concept pourrait être mis en place, le statut apporterait des réponses à des familles ne connaissant pas le souhait du défunt.

Si le phénomène s’étendait dans le monde entier, ce seraient près de 901 millions d’utilisateurs qui auraient l’opportunité de s’inscrire sur l’une des listes officielles.

Partager cet article

Pour en savoir plus