Facebook censure encore une photo d'oeuvre d'art pour "sexualité explicite"

Par , publié le
Web
La statue monumentale du dieu Neptune à Bologne, Italie.

Cette fois, c'est une photo du dieu Neptune, visible à Bologne et postée par une internaute, qui a fait l'objet d'une modération peu avisée de Facebook. Lequel a admis son erreur.

S'il est communément admis que sur Facebook les clichés montrant des poitrines entièrement dénudées de femmes, des fesses et encore plus des parties génitales sont interdites, il est a priori fait exception de toutes ces règles de décence pour les oeuvres d'art.

Mais après avoir entre autres censuré l'Origine du monde de Courbet, pour lequel le réseau social avait été attaqué en justice en 2015, ou la Petite sirène de Copenhague, c'est la Fontaine de Neptune à Bologne qui a cette fois été victime de son algorithme. Le dieu romain y apparaît entièrement nu.

Le dieu Neptune jugé indécent

Tout commence quand une blogueuse italienne, Elisa Barbari, choisit une photo de la monumentale statue visible sur laPiazza del Nettuno à Bologne afin d'illustrer une page Facebook dédiée à l'histoire de la ville. Et c'est là que le rappel à l'ordre intervient : "L'utilisation de cette image n'a pas été approuvée car elle constitue une violation des directives de Facebook en matière de publication. Le contenu de cette image est sexuellement explicite et montre le corps de façon excessive, en se concentrant de façon superflue sur certaines parties du corps". 

Certes, la spécialiste rappelle que dans les années 1950, à l'occasion des fêtes célébrant le diplôme des écoliers, la statue de Neptune était recouverte pour n'offenser personne. Mais en 2017, cela a-t-il encore un sens ? Au final, Facebook a fait machine arrière, confessant : "Notre équipe passe au crible des millions d’images chaque jour. Dans certains cas, nous nous trompons dans leur interdiction. Cette image ne viole pas notre politique de publications. Nous présentons nos excuses pour cette erreur".

Crédits photos : Eddy Galeotti / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus