Exposition Universelle 2025 : le projet actuel ne permet pas de gagner

Par , publié le
France Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron (2e d) et le président d'Expofrance 2025, Jean-Christophe Fromantin (d) assistent le 5 mars 2015 à la présentation du projet de candidature à l'exposition universelle 2025
Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron (2e d) et le président d'Expofrance 2025, Jean-Christophe Fromantin (d) assistent le 5 mars 2015 à la présentation du projet de candidature à l'exposition universelle 2025

Le président d'ExpoFrance 2025 s'est montré aujourd'hui optimiste sur le projet de candidature de la France pour l'Exposition Universelle de 2025. Pourtant le projet est particulièrement critiqué.

Jean-Christophe Fromantin, le maire de Neuilly-sur-Seine (droite) et président d'ExpoFrance 2025 en charge de la préparation du dossier de candidature, a hier en conférence de presse déclaré : "Projet, financement, gouvernance, impact... Nous sommes prêts !". Contrastant avec l'optimisme du chargé de l'organisation du dossier de candidature de la France pour l'Exposition Universelle, de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer un dossier qui ne permet pas de gagner.

Une précipitation stratégique

Le dossier de candidature de la France pour l'organisation de la célèbre exposition est, pour le moment, bien incomplet et approximatif. Cet empressement est cependant voulu. En effet, l'élu de Neuilly-sur-Seine sait qu'une fois que le premier dossier de candidature est déposé, les autres prétendants n'ont que 6 mois pour présenter le leur.

Pour le chargé de candidature, les autres pays intéressés par cette candidature ont des projets moins avancés ce qui donnerait un avantage à la France. Une stratégie basée non sur la qualité mais sur la précipitation en espérant que les autres candidats auront trop de retard pour présenter un projet mieux ficelé.

Un projet particulièrement critiqué

Anne Hidalgo, la maire de Paris, a fustigé le projet présenté par Jean-Christophe Fromantin. Lors du conseil de Paris du 5 juillet, l'élue dionysienne a pointé les nombreuses failles du dossier et conclu que : "Telle que cette candidature est aujourd’hui lancée, elle ne nous permet pas de gagner". La maire de Paris a notamment reproché au dossier une "approche floue et multi-site" en contradiction avec les règles édictées pour l'organisation d'une telle manifestation. Le règlement en date de 1931 exige en effet un "lieu unique qui peut être sécurisé" alors que l'élu de Neuilly-sur-Seine propose un site à Paris ainsi que dans plusieurs villes françaises. Anne Hidalgo a par ailleurs estimé que le thème retenu (l'hospitalité) était d'une grande banalité et pourrait "caractériser toutes les expositions".

L'autre grande faiblesse du projet mené par Jean-Christophe Fromantin est que la ville de Paris est déjà engagée pour l'organisation des Jeux-Olympiques de 2024, un an avant l'Exposition Universelle voulue par l'élu de Neuilly-sur-Seine.

Crédits photos : © AFP Thomas Samson

Partager cet article

Pour en savoir plus