Les évêques de France s’adressent aux responsables politiques

Par , publié le
France
Mgr Georges Pontier à l'ouverture de la Conférence des évêques de France (CEF) le 5 novembre 2013 à Lourdes

Dans une lettre publiée jeudi 13 octobre, le conseil des évêques de France adresse aux responsables politiques, un état des lieux pessimiste de la France d’aujourd’hui.

La lettre, d’une soixantaine de pages, écrite par dix membres du conseil permanent de la Conférence des Evêques de France (CEF), a été publiée officiellement ce jeudi. Cette lettre est destinée aux responsables politiques dans le but de créer une prise de conscience sur la situation actuelle de la France à la veille des prochaines élections. Il s’agit d’un texte général, sous forme de réquisitoire,  sur la politique menée ces dix dernières années. Une version publique de la lettre intitulée « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique » coéditée par Bayard, Cerf, Mame, sera disponible en librairie dès vendredi au prix de 4 Euros afin de sensibiliser toute la population française.

Un constat qui se veut « lucide » sur l’état actuel de la France

C’est tout d’abord l’attitude même des hommes politiques qui est remise en cause. On peut notamment lire : « L'attitude et l'image de quelques-uns jettent le discrédit sur l'ensemble de ceux qui vivent l'engagement politique comme un service de leur pays ». Les membres du CEF déplorent un « absence de projet ou de vision à long terme ».  Les paroles non tenues, les discours gestionnaires, et les calculs de la classe politique sont montré du doigt en étant qualifiés d’« injustifiables » et « insupportables ».

Les évêques affirment dans leur ouvrage que :« la contestation est devenue le mode de fonctionnement habituel » et que« la culture de l'affrontement semble prendre le pas sur celle du dialogue ». Ils soulignent notamment une perte du sens des valeurs de base : « les valeurs républicaines de “liberté, égalité, fraternité”, souvent brandies de manière incantatoire, semblent sonner creux pour beaucoup de nos contemporains sur le sol national ».

Une réflexion profonde sur l’intégration

Suite aux récentes attaques terroristes sur le territoire, les représentants de l’Eglise catholique se posent la question du problème de l’intégration. Par exemple, concernant la question du nombre croissant de personnes tentées par le djihad. Ils appellent à la réflexion: « sans minimiser en aucune façon leur responsabilité ni celle des commanditaires qui ont manipulé leur destin, il convient de se demander pourquoi l'intégration n'a pu s'opérer, et comment notre société a laissé une partie de sa jeunesse se perdre dans de telles aventures mortifères et meurtrières ».

Par ailleurs, l’épiscopat plaide en faveur d’un  «projet de société » et de « neutralisation religieuse » en faveur du respect de la laïcité qui est devenu, selon lui, un « lieu de tension  » provoquant des « frustrations qui vont conforter le communautarisme ».

Crédits photos : © AFP/Archives PASCAL PAVANI

Partager cet article

Pour en savoir plus