Euro 2016 : Chaque bleu touchera 300 000 euros en cas de victoire finale

Par , publié le | modifié le

Noël le Graët vient de dévoiler les primes que toucheront les bleus selon le stade qu’ils atteindront lors de l’Euro 2016.

Alors que l’Équipe de France doit se débattre entre polémiques sous fond de racisme et multiples blessures à maintenant 9 jours du début de l’Euro 2016, il ne faut pas en oublier la compétition.

Et qui dit compétition, dit forcément prime versée en cas de victoire finale. Des primes dont le montant vient d’être dévoilé par le président de la Fédération Française de Football, Noël Le Graët.

300 000 euros par joueur en cas de victoire finale à l’Euro

Rappelons que pour chaque sélection participant à l’Euro 2016, l’UEFA accorde une enveloppe de 8 millions d’euros auxquels viennent s’ajouter 1 million d’euros par victoire en poule (500.000 euros par match nul.) Les phases éliminatoires sont elles aussi concernées puisque pour les huitièmes de finales, la gratification s’élève à 1,5 million d’euros, 2,5 millions d’euros pour une équipe atteignant les quarts, 4 millions d’euros pour les demis, 5 millions d’euros pour la finale et 8 millions d’euros pour le vainqueur finale de la compétition.

Du côté de l’Équipe de France, chaque joueur recevra donc 300 000 euros en cas de victoire finale selon l’Équipe. Une prime ramenée à 250 000 euros pour une qualification en finale, 210 000 euros si le parcours s’arrête en demi-finales, et 165 000 euros en cas d’élimination en quart.

Les réservistes eux aussi gratifiés

Selon Noël Le Graët, ces sommes correspondent à 30% des sommes données par l’UEFA, un accord connu des joueurs. Une somme que le président de la FFF « aimerait bien payer » et qu’il juge « très acceptable ».

Si les réservistes qui ne participeront pas à la compétition peuvent être déçus de ne pas être sur le terrain avec leurs partenaires, ils pourront en revanche se consoler puisque 5% des primes remportées par les bleus seront partagées avec les joueurs qui faisait partie de la liste des réservistes.

Partager cet article

Pour en savoir plus