Eure-et-Loir : une fillette se noie dans un lac

Par , publié le
Faits Divers L'ambulance des pompiers (photo d'intervention)
L'ambulance des pompiers (photo d'intervention)

Une fillette de 11 ans s’est noyé sur le plan d’eau de Brou dans la commune Illiers-Combray (Eure-et-Loir) après avoir échappé à la vigilance de ses accompagnateurs.

On ne le rappellera jamais assez et à plus forte raison pendant l’été, il faut rester extrêmement vigilant aux abords des lieux de baignade, à plus forte raison envers les enfants. Un nouveau drame a eu lieu sur le plan d’eau de Brou dans la commune Illiers-Combray (Eure-et-Loir) où une fillette de 11 ans s’est noyée dans l’après-midi du mardi 21 juillet.

Deux enfants en difficulté dans l’eau

Selon les informations du journal l’Écho Républicain, c’est en début d’après-midi que le drame s’est déroulé. Vers 13 h, une monitrice d’un centre de loisirs constate qu’il manque 2 fillettes, âgées de 9 et 11 ans, dans son groupe. Ces dernières ont échappé à sa vigilance alors qu’elle s’occupait d’autres enfants.

Des témoins repèrent alors le corps de la plus jeune des deux enfants flottant à la surface du plan d’eau. Cette dernière sera sauvée in extremis par un sapeur-pompier qui se baignait sur les lieux du drame pendant son jour de repos. Malheureusement, l’autre jeune fille ne sera pas retrouvée à temps et son corps sera repêché sans vie par des plongeurs du dispositif de secours appelé sur place.

Pas de surveillance pendant le drame

Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances du drame. Sophie Roblin, la sous-préfète de l’arrondissement dunois précise que « L’accident s’est produit alors que la surveillance n’était pas assurée, comme stipulé dans le règlement du parc de loisirs, entre 12 h 30 et 13 h 30 ». Les enquêteurs de leur côté n’ont pas souhaité s’exprimer.

Le parc de loisirs est resté fermé le reste de la journée d’hier le temps de l’enquête, il devrait rouvrir ses portes aujourd’hui même si le personnel s’avoue être « en état de choc ».

Crédits photos : © AFP/Archives Thierry Zoccolan

Partager cet article