Etats-Unis : cet étudiant envoie 7.000 tweets en soutien à l’Etat islamique

Par , publié le | modifié le
International Un drapeau de l'état islamique
Un drapeau de l'état islamique

Un adolescent de 17 ans a plaidé coupable de propagande et soutien en ligne à l'Etat islamique. Il encourt 15 ans de prison pour ses milliers de tweets en faveur du groupe terroriste.

Ali Shukri Amin, ne se cache pas. Ce lycéen de 17 ans a clairement clamé devant un juge qu’il était le créateur d’un compte twitter où près de 7.000 tweets étaient destinés à la propagande de l’Etat islamique. Détenant le compte @AmreekiWitness, compte clôturé depuis, il avait de juin 2014 à février 2015 réuni près de 4.000 abonnés, diffusant des messages de soutien aux djihadistes, mais faisant également des appels aux dons ou encore en prodiguant des conseils à ceux qui voulaient se rendre en Syrie.

L’adolescent, considéré  comme brillant à l’école, alimentait également un blog Al-Khilafah Aridat dans lequel il partageait ses connaissances technologiques et informatiques pour aider les partisans de l’Etat islamique à partager des informations de manière anonyme.

Aide au financement de l’Etat islamique

Ali Shukri Amin avait recommandé d'utiliser des bitcoins, une monnaie virtuelle qui circule sur internet, ainsi qu'un "portefeuille noir" qui permet à son utilisateur de rester anonyme, pour masquer toutes les donations ou financements aux djihadistes.

Arrivé sur le territoire américain à l'âge de 6 ans, le lycéen d'origine iranienne utilisait des mots codés comme Syracuse pour Syrie, et basketball pour jihad.

Ali Shukri Amin risque quinze ans de prison

Résidant en Virginie, ce jeune homme a également reconnu avoir aidé un ami à se rendre en Syrie via Istanbul, pour y rejoindre des partisans du groupe islamiste. L'avocat a qualifié l'affaire comme étant "sans précédent" pour un mineur par rapport aux adultes. Il était accompagné à la sortie du tribunal de la mère voilée du garçon. Pour toutes ces charges, le jeune homme risque jusqu’à 15 ans de prison ainsi qu’une liberté surveillée à vie. Il connaîtra sa peine le 28 août prochain.

Crédits photos : Steve Allen/Shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus