États-Unis : état d'urgence décrété après la fusillade de San Bernardino

Par , publié le | modifié le
International Commissariat de police NYPD
Commissariat de police NYPD

Suite à la tuerie de San Bernardino ayant fait jusqu'ici 14 morts et 26 blessés, l'état d'urgence a été décrété au sein de ce comté américain.

Le mercredi 2 décembre dernier, dans le comté de San Bernardino (États-Unis), un couple de Pakistanais apparemment radicalisé faisait irruption dans un déjeuner de Noël des services de santé de San Bernardino où les époux avaient coutume de travailler. Habillés en tenue de commando, ceux-ci causeront la mort de 14 personnes et en blesseront 26 autres, d'après un dernier bilan.

BFMTV.COM nous apprend que suite à cette tragédie, le gouverneur de Californie Jerry Brow a annoncé vendredi l'instauration de l'état d'urgence dans le comté de San Bernardino. En indiquant ainsi qu'"un contexte de désastre et un danger extrême existent pour la sécurité des personnes et des propriétés dans le comté de San Bernardino à cause de l'attaque".

État d'urgence décrété à San Bernardino : l'attentat le plus meurtrier des États-Unis

Et le gouverneur d'ajouter que "les circonstances de l'attaque terroriste, son ampleur, sont ou devraient dépasser les capacités et responsabilités d'une seule collectivité locale". Le décret de l'état d'urgence va amener, en particulier, les ressources du département de la Santé et celles des services de gestion des urgences californiens à se déployer afin de soutenir les forces déjà présentes à San Bernardino. Le comté, nous précise-t-on, a vécu avec cette fusillade l'attentat le plus meurtrier qu'aient jamais connu les États-Unis.

Le mari aurait été au contact d'extrémistes présumés

Quelques heures après la tuerie, on aura appris que l'époux était un inspecteur sanitaire des services publics de San Bernardino "introverti" et sans ami. Sa femme portait quant à elle le voile intégral et ne prenait jamais le volant. Selon un haut responsable du gouvernement fédéral, le mari avait noué des contacts avec plusieurs extrémistes présumés et possiblement communiqué avec une personne surveillée en raison d'un risque terroriste. En prenant en compte les recherches menées au domicile du couple défunt, dans leur voiture ainsi que sur eux, on estime à plus de 6.500 le nombre de cartouches retrouvées. Les enquêteurs ont de même mis la main sur une douzaine d'engins explosifs artisanaux.

Crédits photos : Natalia Bratslavsky/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus