20 000 comptes d'employés du FBI piratés et publiés

Par , publié le | modifié le
International
Pirate informatique. Photo d'illustration.

Les coordonnées de quelque 30 000 employés du FBI et du département de la Sécurité intérieure américaine ont été hackées et mises en ligne dimanche soir.

Voici le début d’une affaire qui pourrait fortement compromettre la sécurité des États-Unis. Dimanche soir, un pirate informatique est en effet parvenu à mettre la main sur des milliers de comptes appartenant à des employés du FBI et du département de la Sécurité intérieure américaine.

Près de 30 000 comptes piratés et mis en ligne

Le pirate a profité du Super Bowl pour commettre son forfait selon les informations du site Motherboard. Après s’être introduit dans les bases de données des services concernés, le hacker parvient à aspirer les données personnelles de milliers de comptes. Très exactement 20 000 comptes d’employés du FBI (parmi lesquels 1000 font partie du service des renseignements) et 9000 comptes du département de la Sécurité intérieure du pays.

Des fichiers contenant les noms et prénoms des agents, mais également leurs adresses personnelles ainsi que leurs numéros de téléphone.

Certaines données publiées sur Twitter

Non content d’avoir pu dérober tous ces fichiers sensibles, le hacker a également publié un échantillon des données qu’il a réussi à voler sur le réseau social Twitter. Si, après enquête, certaines données s’avéraient obsolètes, d’autres sont par contre encore d’actualité. Au total, le hacker indique qu’il a en sa possession plus de 200 Go de données sensibles.

Lors de la publication des données, le pirate a fait part de revendications qui semblent assez troubles pour le moment. L’homme a indiqué qu’il s’agissait d’une action pro-palestinienne et contre la politique d’Israël et du gouvernement américain tout en faisant également référence aux Anonymous sur son compte. Pour parvenir à pénétrer dans les serveurs et subtiliser toutes ces données, le hacker a indiqué au site Motherboard qu’il introduit dans la boîte mail d’un employé du département de la justice pour ensuite s’introduire dans son ordinateur. De là il a pu accéder à ces fichiers sensibles.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article