État d’urgence oblige, les manifestations restent interdites à Lyon

Par , publié le
France
La place Bellecour à Lyon

Michel Delpuech, le préfet du Rhône a annoncé dans un communiqué que les manifestations restent interdites dans la ville de Lyon.

Pour cause d’état d’urgence, Michel Delpuech a pris un arrêté ce jeudi, interdisant toute manifestation ou rassemblement sur la voie publique dans six arrondissements de Lyon. Le préfet du Rhône reconduit donc les mesures préventives et ce, malgré l’approche des fêtes de Noël.

"Ce samedi et ce dimanche correspondent au premier week-end d’une intense activité commerciale à l’occasion des fêtes de fin d’année et une foule très nombreuse est attendue dans les rues commerçantes de Lyon, notamment dans le centre-ville" peut-on lire dans un communiqué de la préfecture. « Cette forte mobilisation ne saurait être détournée pour la gestion de manifestations sur la voie publique ».

Certaines manifestations restent autorisées à proximité de Lyon

Pour contourner cette interdiction, certains organisateurs de manifestations ont préféré reprogrammer leurs manifestations.C’est le cas de plusieurs associations de soutiens aux migrants, qui préparent donc une réunion pour ce jeudi à 18 heures place Bellecour.Les manifestations aux alentours de Lyon sont exempt de cette interdiction.

Le préfet justifie cette interdiction en estimant qu’il  "était nécessaire d'assurer avant tout la sécurité des personnes et des biens et, donc, de mobiliser les effectifs des forces de l'ordre à la sécurisation de ces lieux commerçants ».

Une manifestation des Identitaires également interdite

Prévue pour le 8 décembre prochain, le préfet s’est également montré ferme concernant une future manifestation des Identitaires, groupuscule d’extrême droite. Michel Delpuech estime que "les organisateurs véhiculaient des messages contraires aux valeurs républicaines et incitaient au rejet, voire à la haine d'une partie de la population".

Crédits photos : posztos/shutterstock

Partager cet article