Essonne : un couple accusé d'agressions sexuelles sur le bébé de la femme et les enfants de l'homme

Par , publié le
Faits Divers
Photo d'illustration. La balance de la justice.

Un couple est jugé devant aujourd'hui devant la cour d'assises de l'Essonne pour des agressions sexuelles commises sur le bébé de la femme et les deux enfants de l'homme.

C'est en ce lundi que s'est ouvert, devant la cour d'assises de l'Essonne, le procès à huis clos d'un couple de Viry-Châtillon accusé d'agressions sexuelles sur le bébé de la femme et les deux enfants de l'homme. Les faits se sont produits de 2008 à 2013.

Les deux amants, un ouvrier de 39 ans et une auxiliaire de vie de 31 ans, ont reconnu s'être servis du bébé de la femme comme objet sexuel pendant ces cinq années. Les actes, qui intervenaient à une fréquence quasi-journalière, se déroulaient alors que l'enfant manifestait vraisemblablement sa douleur par des hurlements et des pleurs.

Cinq ans de sévices sexuels supposés sur leurs enfants

Sur les clichés et vidéos, une centaine, récupérés par les enquêteurs, l'homme encourageait la femme dans ses sévices et inversement, sans apparemment tenir compte du mal causé au bébé. Le couple est également accusé d'attouchements sur les deux fils de l'homme dont ce dernier avait la garde un week-end sur deux et en période de vacances scolaires.

Au moment des faits, comme le précise Le Figaro, le cadet était scolarisé en maternelle puis en école primaire et son frère, au collège. C'est en 2013 que l'aîné aura finalement transmis à sa mère un disque dur contenant des preuves de la pédophilie de son père. Celui-ci, nous dit-on, regardait des vidéos pédopornographiques depuis ses 25 ans. Il lui arrivait parfois d'être violent. Les enfants ont aujourd'hui 9, 11 et 18 ans.

Le couple encourt la prison à vie

Dans un premier temps, les amants ont mentionné aux autorités une "éducation sexuelle" telle qu'ils souhaitait la mener, avant que chacun ne rejette la faute sur l'autre et ne reconnaisse ainsi la majorité des faits.

Il s'avère que la femme, présentée comme particulièrement immature, avait commencé à violer son bébé quand ce dernier avait six mois, préalablement à sa mise en couple avec celui placé aujourd'hui à ses côtés dans le box des accusés. Jugé jusqu'à vendredi pour "viols avec actes de torture et de barbarie", le couple encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus